La bourse ferme dans 1 h 13 min
  • CAC 40

    6 666,34
    +19,03 (+0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 937,26
    +15,99 (+0,41 %)
     
  • Dow Jones

    33 700,30
    -81,18 (-0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    -0,0029 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    1 808,40
    +6,90 (+0,38 %)
     
  • BTC-EUR

    16 307,21
    +128,42 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,64
    -1,61 (-0,40 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,46
    +1,00 (+1,40 %)
     
  • DAX

    14 346,93
    +82,37 (+0,58 %)
     
  • FTSE 100

    7 483,57
    +11,40 (+0,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 066,23
    -15,77 (-0,14 %)
     
  • S&P 500

    3 958,52
    -4,99 (-0,13 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2258
    +0,0020 (+0,16 %)
     

« Effective altruism » : que cache ce courant de pensée adoré des patrons de la crypto ?

Sam Bankman-Fried, le nouveau patron déchu de la crypto, était un « altruiste efficace » qui cherchait à maximiser son impact positif sur le monde par le biais de la philanthropie. Depuis la chute spectaculaire de son empire FTX, le débat s’ouvre sur l’influence de l’effective altruism, ce mouvement de niche très influent au sein de l’élite tech. 

Pour ses adorateurs, Sam Bankman-Fried (SBF) n’était pas un milliardaire comme les autres. Il était un « milliardaire éthique ». Au sein de l’élite de la tech, il faisait figure de fils prodigue. La presse business et tech le décrivait comme un nerd anticonformiste dans un milieu de requins ultra-capitalistes, un Robin des bois de la finance dérivée. Au Massachusetts Institute of Technology (MIT), puis lors de son passage dans la firme de trading Jane Street, il avait en effet embrassé l’effective altruism (EA), un courant de pensée qui mélange philosophie, philanthropie et mathématiques, le tout avec des visées explicitement politiques.

Pour sauver le monde, deviens le plus riche possible

Les altruistes efficaces ont une aspiration commune : faire le bien dans le monde, le plus largement et le plus efficacement possible. Pour les tenants de ce mouvement, la richesse individuelle représente un moyen sûr et efficace pour y parvenir, car, si le marché n’a pas la capacité de proposer des solutions aux grands problèmes de l’humanité, il peut en revanche générer les capitaux pour le faire.

[Lire la suite]