La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    31 268,51
    -133,50 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,2092
    -0,0094 (-0,77 %)
     
  • Gold future

    1 718,70
    -56,70 (-3,19 %)
     
  • BTC-EUR

    39 940,06
    -2 395,63 (-5,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    968,62
    +35,49 (+3,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,37
    -1,16 (-1,83 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 348,40
    +228,97 (+1,75 %)
     
  • S&P 500

    3 855,07
    +25,73 (+0,67 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3946
    -0,0067 (-0,48 %)
     

Effectifs, formation, salaires : pourquoi le rugby féminin a le vent en poupe

·1 min de lecture

La féminisation du rugby français semble en bonne voie : les instances de ce sport recensaient près de 20% de joueuses supplémentaires l'an dernier en France. Au-delà des effectifs qui augmentent, tous les voyants sont au vert concernant la formation des jeunes pousses et leur rémunération. Alors que s'achève la semaine "Sport féminin toujours", une opération qui permet de parler des femmes dans le monde du sport, Europe 1 vous fait découvrir l'ovalie au féminin.

>> A LIRE AUSSIDaniel Herrero déplore "la vieille tradition machiste" qui éclipse le rugby féminin

En rugby, la formation française fait aujourd'hui figure de modèle notamment dans la manière d'entrainer joueurs et joueuses. "On a 184 filles dans les académies qui s'entrainent exactement comme les garçons et avec les garçons. Ce sont des joueurs et joueuses qui ont entre 15 et 18 ans", explique le directeur technique national, Didier Retière. Selon lui, il n'y a pas de barrière entre les genres chez les jeunes talents repérés par la fédération. Il prédit l'arrivée d'une génération de joueuses "de haut-niveau" et "préparées".

Un modèle alternatif à celui des hommes

Les choses changent également sur la question de la professionnalisation. Si beaucoup de joueuses continuent de travailler en parallèle de leur carrière, c’est de moins en moins une nécessité. "On a signé des contrats à 75%, donc 25% chez notre employeur. Il y a deux ans on était à 50%. On voit vraiment une évolution", explique Pauline Bourdon, dem...


Lire la suite sur Europe1