La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 673,61
    +70,53 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,1636
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 797,50
    +15,60 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    52 717,12
    -1 904,18 (-3,49 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 457,60
    -45,43 (-3,02 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,37
    +0,87 (+1,05 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 100,51
    -115,19 (-0,76 %)
     
  • S&P 500

    4 544,33
    -5,45 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3754
    -0,0041 (-0,30 %)
     

Edouard Philippe "sonne l'alerte" sur la dette publique

·2 min de lecture

INTERVIEW - Dans un entretien à Challenges, l'ancien Premier ministre met en garde sur la hausse de la dette publique et appelle les candidats à la présidentielle à se saisir du sujet. Il propose de reculer l'âge de départ à la retraite "à 65, 66 ou 67 ans" et que la prochaine majorité se fixe pour règle que les dépenses publiques n'augmentent pas plus vite que la croissance économique.

"Loyal et libre". Voilà comment l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, revenu à son fauteuil de maire du Havre depuis juillet 2020, résume son rapport au président de la République. Le 13 septembre sur TF1, la personnalité politique préférée des Français -caracolant en tête de tous les baromètres de popularité depuis un an-, mettant fin à un vrai-faux suspense, . D’ailleurs, officiellement chargé par le président de réorganiser la majorité, l’édile va lancer son propre parti le 9 octobre, autour d’une quarantaine de maires de droite et du centre, pour élargir l’aile droite de la Macronie et préparer la future majorité à l’Assemblée nationale.

Ce qui ne l’empêche pas de faire entendre sa petite musique personnelle. Gardant une parole rare alors qu’il est assailli de demandes d’interviews, Edouard Philippe a accepté celle de Challenges parce qu’elle portait sur un thème -la dette, les déficits- qui lui tient à cœur, et qu’il veut porter dans la campagne. Alors que les candidats de tous bords multiplient les promesses coûteuses et qu’Emmanuel Macron sort le carnet de chèques, lui tire la sonnette d’alarme, droit dans les bottes de "père la rigueur" de son mentor Alain Juppé. Pour lui, la dette est une "question de souveraineté qu’il faut prendre à bras le corps", insiste-t-il.

Déjà, à Matignon, comme son inflexibilité sur la baisse des aides au logement ou l’absence de compensations financières face à la hausse de la taxe carbone, lui avait valu quelques tensions avec la Macronie. "Emmanuel Macron n’a jamais été un partisan de l’austérité budgétaire, souffle un proche du chef de l’Etat. C’est Edouard Philippe, avec l’appui d’Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée, qui poussaient." Aujourd’hui, de sa place singulière sur l’échiquier politique, il peut faire valoir sa différence. Car, s’il soutient Macron pour 2022, . Où la France aura toujours une dette à rembourser.

Challenges - Doublement des revenus des enseignants, augmentation de 10% des salaires, r[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles