La bourse ferme dans 7 h 14 min
  • CAC 40

    6 373,48
    -12,03 (-0,19 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 021,39
    -12,86 (-0,32 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,26 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    -0,0022 (-0,18 %)
     
  • Gold future

    1 834,80
    +3,50 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    47 958,09
    -90,48 (-0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 548,99
    +113,21 (+7,89 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,34
    +0,44 (+0,68 %)
     
  • DAX

    15 380,16
    -19,49 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 136,96
    +7,25 (+0,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,44 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 518,34
    +160,52 (+0,55 %)
     
  • HANG SENG

    28 568,06
    -42,59 (-0,15 %)
     
  • GBP/USD

    1,4073
    +0,0083 (+0,59 %)
     

EDITO. "Macron veut montrer qu'il n'a pas renoncé à faire des réformes"

·1 min de lecture

Bonjour Hervé Gattegno. Vous revenez sur la suppression de l'ENA annoncée jeudi par Emmanuel Macron. Pour les uns, c'est une réforme utile pour simplifier l'accès à la haute administration. Pour d'autres, c'est une réforme démagogique. Quel est votre avis?
C'est une réforme qui part d'une bonne intention – outre que c'est une promesse qu'il a faite il y a deux ans, mais il y a toujours des beaux esprits pour trouver que c'est démagogique de tenir ses promesses… Donc oui, il est utile de simplifier, de démocratiser l'accès aux grands corps de l'Etat, d'essayer de combattre le népotisme qui existe dans la haute administration – et dans ce but, changer le recrutement et la formation, ça a un intérêt. Maintenant, le risque de la démagogie existe – parce que, s'il y a très peu d'élèves issus de familles modestes à l'ENA, c'est en amont qu'il y a un problème : dans le système scolaire et universitaire, qui reproduisent et même amplifient les inégalités sociales. Ou alors on dit qu'on abaisse le niveau du concours, mais là, ça n'améliorera pas les performances de l'Etat – or c'est quand-même ça l'objectif final.

Lire aussi - Pourquoi le remplacement de l'ENA par le nouvel Institut du service public ne fait pas l'unanimité

Cette promesse dont vous parlez, Emmanuel Macron l'avait faite juste après la crise des Gilets jaunes. Est-ce qu'il n'y a pas un calcul politique derrière l'idée de la relancer à un an de la présidentielle?
Bien sûr que si mais je vous livre un secret : il arriv...


Lire la suite sur LeJDD