La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 073,35
    +190,02 (+3,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 533,17
    +96,88 (+2,82 %)
     
  • Dow Jones

    31 500,68
    +823,32 (+2,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,0559
    +0,0034 (+0,33 %)
     
  • Gold future

    1 828,10
    -1,70 (-0,09 %)
     
  • BTC-EUR

    20 217,37
    +17,30 (+0,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    462,12
    +8,22 (+1,81 %)
     
  • Pétrole WTI

    107,06
    +2,79 (+2,68 %)
     
  • DAX

    13 118,13
    +205,54 (+1,59 %)
     
  • FTSE 100

    7 208,81
    +188,36 (+2,68 %)
     
  • Nasdaq

    11 607,62
    +375,43 (+3,34 %)
     
  • S&P 500

    3 911,74
    +116,01 (+3,06 %)
     
  • Nikkei 225

    26 491,97
    +320,72 (+1,23 %)
     
  • HANG SENG

    21 719,06
    +445,19 (+2,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,2270
    +0,0009 (+0,07 %)
     

EDF : toujours plus cher, l'EPR d'Hinkley Point accuse un nouveau retard

Les délais s'allongent et la facture grimpe. Le groupe d'énergie français EDF a annoncé jeudi 19 mai que le chantier de construction de deux réacteurs nucléaires de nouvelle génération (EPR) à Hinkley Point en Angleterre accuserait un nouveau retard minimum d'un an et des coûts supplémentaires d'au moins 3 milliards de livres. "Le démarrage de la production d'électricité de l'unité 1 est désormais prévu en juin 2027. Le risque de report de la livraison des deux unités est évalué à 15 mois, en supposant l'absence de nouvelle pandémie et d'effet additionnel de la guerre en Ukraine", a indiqué le groupe français dans un communiqué.

EDF estime désormais le coût du projet "entre 25 et 26 milliards de livres sterling" de 2015, contre 18 milliards en 2016, lors du feu vert du gouvernement britannique et du début du chantier. Le retard est mis sur le compte des deux ans de pandémie: "les personnes, les ressources et la chaîne d'approvisionnement ont été mises à rude épreuve et leur efficacité a été limitée. De plus, le volume d'études et de travaux de génie civil, et le coût de ces travaux et en particulier des ouvrages maritimes, ont augmenté", explique le groupe.

Il ajoute que le prochain jalon sera la pose du dôme sur l'unité 1 de la centrale, au deuxième trimestre 2023, contre fin 2022 précédemment. Ce projet était controversé à l'origine, et notamment contesté par les syndicats français pour son coût et le risque financier pour EDF. L'entreprise française précise jeudi que les surcoûts (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Air France-KLM : le fonds américain Apollo investit un gros montant dans une filiale
Une Mercedes de 1955 vendue à un prix record aux enchères
Cette carte bancaire pourrait vous permettre de payer avec... un sourire
Bourse : “le Dow Jones a-t-il une dernière chance d’échapper à un plongeon à 30.000 points ?”
L'inflation au plus haut depuis 40 ans au Royaume-Uni

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles