La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 104,46
    +516,80 (+1,54 %)
     
  • Nasdaq

    13 154,33
    +122,65 (+0,94 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2080
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    39 781,72
    -5 423,54 (-12,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 296,00
    -91,91 (-6,62 %)
     
  • S&P 500

    4 122,04
    +59,00 (+1,45 %)
     

EDF : l'interfédérale syndicale toujours vent debout contre le projet de réorganisation

·1 min de lecture

Les termes du communiqué sont clairs : "L'interfédérale réaffirme son opposition totale à ce projet de démantèlement d'EDF". Pas question pour les syndicats de renoncer. "Pour l'interfédérale, consciente que le statut quo n'est pas tenable pour EDF, il n'y a aucune urgence à recourir à un processus législatif précipité. Elle demande au gouvernement de prendre en compte sa proposition de mettre en place, dans les plus brefs délais, une commission pour concrétiser un projet ambitieux pour l'avenir d'EDF".

Le groupement de syndicat fait par d’autres réclamations : des "mesures immédiates" comme "la réévaluation du prix de l'aReNH", l'électricité issue du nucléaire qu'EDF vend aux opérateurs alternatifs. L'interfédérale, qui dénonce des "nombreuses zones d'ombre liées aux contreparties exigées par la commission européenne", "n'admettra pas qu'EDF soit sacrifiée sur l'autel du règlement des contentieux engagés par l'Europe contre l'État français et dont EDF et ses agents sont bien les premières victimes".

Dans le détails, les syndicats s'inquiètent "de l'éventuel caractère temporaire de la renationalisation prévue pour EDF" et demandent au gouvernement "de laisser à Enedis le statut de filiale directe EDF". Sans quoi, la cohabitation d'un monopole naturel régulé avec des activités concurrentielles dérégulées, pourrait être contestée à l'avenir par Bruxelles comme par les concurrents d'EDF, redoute l'interfédérale.

Lundi 3 mai, dans un courrier adressé au président d'EDF, Jean-Bernard (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le gouverneur de la Banque de France rassure sur le risque de faillites dans les prochains mois
Natixis, Chargeurs… les nouvelles missions de luxe de Nicolas Sarkozy
Un siècle de délices fromagers
Vivendi et Mediaset enterrent la hache de guerre
Lagardère contraint par ses créanciers de réduire son dividende