La bourse ferme dans 6 h 32 min
  • CAC 40

    6 499,84
    +9,84 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 723,17
    +7,80 (+0,21 %)
     
  • Dow Jones

    32 774,41
    -58,13 (-0,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0224
    +0,0006 (+0,06 %)
     
  • Gold future

    1 807,90
    -4,40 (-0,24 %)
     
  • BTC-EUR

    22 603,48
    -862,34 (-3,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    537,53
    -19,82 (-3,56 %)
     
  • Pétrole WTI

    90,35
    -0,15 (-0,17 %)
     
  • DAX

    13 576,35
    +41,38 (+0,31 %)
     
  • FTSE 100

    7 489,82
    +1,67 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    12 493,93
    -150,53 (-1,19 %)
     
  • S&P 500

    4 122,47
    -17,59 (-0,42 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • HANG SENG

    19 610,84
    -392,60 (-1,96 %)
     
  • GBP/USD

    1,2097
    +0,0021 (+0,17 %)
     

EDF : l’État veut 100% du capital

Son actualité. L’aventure boursière d’EDF va bientôt prendre fin. Le verdict est tombé le 6 juillet. Dans sa déclaration de politique générale, la Première ministre, Élisabeth Borne, a confirmé devant les députés l’intention de l’État de détenir 100% du capital de l’énergéticien. En Bourse, cette annonce, lancée avant même la clôture du marché parisien, a fait bondir le titre de plus de 14% ce jour-là. Depuis le point bas de 7,27 euros marqué en séance le 6 juillet, l’action EDF s’est appréciée de plus de 40%. Jusqu’où ira-t-elle ? Introduite en Bourse sur Euronext en novembre 2005, à 32 euros, l’action ne reverra sans doute jamais ce niveau de cours, laissant un grand nombre d’actionnaires individuels et de salariés qui avaient souscrit à l’opération dans le désarroi. Pourtant, les promesses industrielles d’EDF étaient crédibles. Mais le manque d’inspiration des dirigeants, l’accident nucléaire de Fukushima en 2011, les intransigeances de Bruxelles et l’utilisation du groupe à des fins politiciennes ont mis en grand danger le joyau énergétique du pays. Les exemples ne manquent pas. On peut citer pêle-mêle la guerre fratricide, délirante et fort coûteuse, entre EDF et Areva aux États-Unis, la fermeture de la centrale de Fessenheim juste après sa remise à niveau par de lourds investissements, l’obligation pour EDF de vendre une partie de sa production nucléaire à ses concurrents à un tarif réglementé. Bref, le navire est aujourd’hui en perdition, plombé par une dette nette voisine de 57 milliards d’euros, alors que l’excédent brut d’exploitation sera probablement négatif en fin d’année en raison de la faiblesse de la production nucléaire. Notre analyse Pour les actionnaires minoritaires, qui représentent 16,2% du capital, la question pour eux est de sauver les meubles. Selon différentes sources, le gouvernement français opterait pour une Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles