La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,97 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0405
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • Gold future

    1 754,00
    +8,40 (+0,48 %)
     
  • BTC-EUR

    15 849,36
    -119,73 (-0,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,28
    -1,66 (-2,13 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,82 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,96 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,06 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2091
    -0,0023 (-0,19 %)
     

EDF a enregistré 939 000 nouveaux contrats d'énergie en un an, mais s'attend à des pertes records

© Lewis Joly/AP/Sipa

Bonnes nouvelles pour EDF . Face à l'explosion des prix de l'électricité et « grâce » au tarif réglementé, dont elle est la seule entreprise du secteur à bénéficier, le géant français a annoncé avoir accueilli plus de 939 000 nouveaux contrats d'énergie en un an. « Ce retour de clients aura un impact négatif sur la rentabilité compte tenu de l’achat des volumes correspondants sur le marché à prix très élevés », met en garde EDF. L'entreprise détenue à 84 % par l'État et bientôt renationalisé à 100 %, a indiqué également un chiffre d'affaires en hausse de 78 % sur 9 mois à 101,5 milliards d'euros contre 57 milliards par rapport à la même période en 2021.

Des prévisions financières dégradées pour 2022

Mais davantage de clients et davantage d'électricité vendue ne veut pas dire, pour EDF, plus de bénéfices. L'entreprise a aussi informé avoir encore revu l'impact financier de la baisse de sa production électrique pour 2022 à 32 milliards d'euros, contre 29 milliards annoncés en septembre.

Lire aussi - Prix du nucléaire, organisation et label européen... Les 3 défis d'EDF pour assurer son avenir

Plombé par des centrales nucléaires à l'arrêt , pour maintenance ou pour des problèmes de corrosion, et par l'obligation de vendre une large partie de sa production nucléaire à bas prix, EDF se dirige vers une perte colossale cette année, après avoir déjà perdu 5,3 milliards d'euros au premier semestre. L'impact des grèves, lui, est encore « à l'étude », précise le groupe.

Le futur PDG d'ED...


Lire la suite sur LeJDD