Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 643,64
    -777,89 (-1,25 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 402,10
    -15,78 (-1,11 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Ecrans chez les jeunes enfants : il n'y a pas que le temps d'exposition qui compte

James Veysey/REX/SIPA

Une vaste étude française met en évidence que l’impact de l’exposition précoce et prolongée aux écrans est plus contrasté que ce que l’on imaginait jusqu'à présent. Des facteurs, familiaux notamment, semblent avoir un effet tout aussi important que le temps passé devant l'écran.

L’influence de l’exposition précoce ou excessive aux écrans fait débat au sein de la communauté scientifique. Pour essayer de clore ce débat, une équipe de recherche dirigée par Jonathan Bernard, chercheur au sein du Centre de recherche en épidémiologie et statistiques de l'Inserm, a travaillé sur le sujet avec l’aide des statistiques de la cohorte Elfe.

Cette dernière a pour but de mieux connaître les facteurs (environnement, entourage familial, conditions de vie…) qui peuvent avoir une influence sur le développement physique et psychologique de l’enfant, sa santé et sa socialisation. Près de 18.000 enfants nés en 2011 ont initialement été inclus dans l’étude, avec l’accord de leurs parents. Dans le cadre de leurs travaux, les chercheurs ont travaillé sur les données de 14.000 des enfants suivis par Elfe entre 2013 et 2017. Les parents ont rapporté le temps d’écran quotidien (le samedi ou le dimanche) chez leur enfant à deux, trois ans et demi et cinq ans et demi et pour cinq types d’écrans (smartphone, tablette, ordinateur, console de jeux vidéo et télévision). Ces travaux ont été présentés à la presse le 13 septembre 2023 et publiés dans The Journal of Child Psychology and Psychiatry.

Exposition aux écrans : l'importance de l'environnement familial

La littérature scientifique, entre 2020 et 2022, semble indiquer que les écrans sont plutôt à éviter chez les jeunes enfants : en effet, 782 articles scientifiques sur 917 (soit 85%) sortis à cette période évoquent les "dangers" ou les "risques" des écrans, selon le livre Les enfants et les écrans d'Anne Cordier et Séverine Erhel (Editions Retz, 2023).

PUBLICITÉ

De son côté, l’équipe de l’Inserm a évalué les associations entre utilisation d’écran et développement cognitif dans la petite enfance, en prenant en compte les facteurs liés au contexte social, périnatal, familial et aux habitudes de vie. Il a été observé qu’aux âges de trois ans et cinq ans et demi, le temps d’exposition aux écrans était associé à de moins bons scores[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi