La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 559,57
    -31,22 (-0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 602,41
    -15,94 (-0,44 %)
     
  • Dow Jones

    30 996,98
    -179,03 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2174
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • Gold future

    1 855,50
    -10,40 (-0,56 %)
     
  • BTC-EUR

    26 606,47
    -224,53 (-0,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    651,44
    +41,45 (+6,79 %)
     
  • Pétrole WTI

    51,98
    -1,15 (-2,16 %)
     
  • DAX

    13 873,97
    -32,70 (-0,24 %)
     
  • FTSE 100

    6 695,07
    -20,35 (-0,30 %)
     
  • Nasdaq

    13 543,06
    +12,15 (+0,09 %)
     
  • S&P 500

    3 841,47
    -11,60 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    28 631,45
    -125,41 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    29 447,85
    -479,91 (-1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,3684
    -0,0046 (-0,34 %)
     

Ecotone adapte sa recette pour peser dans le bio

·2 min de lecture

Désormais basée en France et contrôlée par le fonds PAI, la PME déploie ses marques Bjorg, Clipper et Danival sur des segments en forte croissance.

Une star est née ! C’est l’une des PME agroalimentaires les mieux positionnées sur les nouvelles tendances du bio et du végétal, deux segments de marché à forte croissance. Elle s’appelait Wessanen mais change de nom et devient Ecotone. Elle était néerlandaise mais devient française. Elle visait une niche, elle s’attaque désormais aux marchés de masse. Ecotone, c’est la maison mère d’un ensemble de marques spécialisées et bien connues des clients d’épiceries bio, comme Bjorg (épicerie bio), Bonneterre (produits bios), Clipper (thés bios), Alter Eco (cafés et chocolats équitables) ou encore Danival (soupes, purées et compotes bios) rachetée cette année.

Relocalisation française

L’entreprise n’est pas nouvelle, mais elle se réinvente de fond en comble. « Nous étions une société néerlandaise cotée à la Bourse d’Amsterdam, mais au fil des acquisitions, nous nous sommes aperçus que nous réalisions l’essentiel de nos ventes sur le marché français, dont 80 % en agriculture biologique », explique Christophe Barnouin, le PDG. Avec une croissance de plus de 10 % par an depuis vingt ans, le marché hexagonal de l’alimentation bio est un véritable eldorado. Partant de ce constat et avec l’arrivée d’un nouvel actionnaire majoritaire, le fonds français PAI Partners, l’entreprise a décidé de sortir de la Bourse hollandaise et vient de déménager son siège social en France, près de Lyon.

Car le label bio ne suffit plus pour se démarquer. Il faut faire plus et mieux. « Impossible d’être bio sans être produit localement, sans être irréprochable sur le sujet sensible du bien-être animal et fournir une juste rémunération aux agriculteurs », insiste Stéphanie Pageot, la secrétaire nationale de la Fédération de l’agriculture biologique (Fnab), qui observe de près les efforts des marques et noue des partenariats avec les plus vertueuses, telles Bonneterre (Ecotone) ou récemment le spécialiste des surgelés Picard.

Dans cette optique, Ecotone a obtenu le Graal pour tous ceux qui veulent sédu[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi