La bourse ferme dans 5 h 54 min
  • CAC 40

    6 738,40
    -0,15 (-0,00 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,01
    +12,29 (+0,31 %)
     
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0438
    +0,0030 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +33,20 (+1,89 %)
     
  • BTC-EUR

    16 393,97
    +93,02 (+0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,19
    +4,49 (+1,12 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,10
    +0,55 (+0,68 %)
     
  • DAX

    14 446,42
    +49,38 (+0,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 581,95
    +8,90 (+0,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2140
    +0,0078 (+0,65 %)
     

Economie, Ukraine… pourquoi Bruxelles attend l'Italienne Giorgia Meloni de pied ferme

AFP - FILIPPO MONTEFORTE

L'ITALIE DE GIORGIA MELONI (2/5) - Sur le respect des droits fondamentaux, l'économie, la guerre en Ukraine, Bruxelles attend Giorgia Meloni la néo-fasciste de pied ferme. La nouvelle présidente du conseil sait qu'elle aura besoin des quelque 200 milliards du plan de relance européen. De quoi freiner, au moins au début, ses élans eurosceptiques.

Première femme présidente du conseil et première patronne d’une coalition de la droite dure depuis 1946, Giorgia Meloni va devoir composer avec Bruxelles, qu’elle a si souvent voué aux gémonies. Comment la présidente de Fratelli d’Italia, alliée aux très europhobes Salvini de La Ligue et Berlusconi de Forza Italia, va-t-elle gouverner, en cette période cruciale pour l’Europe, alors que la guerre fait rage en Ukraine, et que la quadragénaire, novice en politique internationale, a été élue sur la promesse de donner la priorité à l’Italie? Un sacré défi pour l’Union!

"Nous serons très attentifs", assure-t-on à Paris comme à Berlin. D’abord au respect des valeurs communes. "Meloni a inscrit au cœur de son programme le triptyque "Dieu, famille, patrie", rappelle un haut gradé de la Commission européenne, nous allons nous montrer intraitables sur les libertés fondamentales, comme le respect du droit à l’avortement, ou les libertés de la communauté LGBT." Politologue à l’université britannique d’Aston, Davide Vampe prévient: "Une droitisation de la vie politique et sociale dans la Péninsule n’est pas à exclure, avec le risque d’une orbanisation." Et il n’est pas difficile d’imaginer que l’Italie forme avec la très eurosceptique Hongrie de Viktor Orban, et avec la Pologne du PIS, un club des pays rétifs à l’Etat de droit, sujet ô combien sensible au sein de l’Union européenne.

Lire aussiGiorgia Meloni sur le point de devenir Première ministre italienne veut rassurer les patrons

De l'alcool en cadeau de Poutine

Premier chef d’Etat à rencontrer la nouvelle présidente du Conseil, le 23 octobre à Rome, Emmanuel Macron a assuré que la France et l’Italie poursuivraient "un dialogue et un travail ambitieux". Il espère ainsi conforter la nouvelle présidente du Conseil dans ses convictions pro-occidentales, autre préoccupation des Européens. Meloni a dit sans ambiguïté qu'elle est pro-Otan et pro-Ukraine. Mais ses deux alliés au gouvernement, eux, sont pro-Russie et ne cessent de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi