Marchés français ouverture 2 h 55 min
  • Dow Jones

    33 947,10
    -482,78 (-1,40 %)
     
  • Nasdaq

    11 239,94
    -221,56 (-1,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 896,03
    +75,63 (+0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,0493
    -0,0004 (-0,04 %)
     
  • HANG SENG

    19 336,79
    -181,50 (-0,93 %)
     
  • BTC-EUR

    16 220,32
    -443,04 (-2,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    401,97
    -9,25 (-2,25 %)
     
  • S&P 500

    3 998,84
    -72,86 (-1,79 %)
     

Ecologie: voici comment former les étudiants en écoles de commerce

FRANCOIS GUILLOT / AFP

Audencia et le Shift Project ont dévoilé leur rapport de préconisations sur comment intégrer les enjeux écologiques aux formations de gestion. A la clé, ils estiment nécessaire de déployer 165 heures de cours dédiés, "soit environ un tiers des cours de tronc commun de ces programmes".

Cela fait un an qu'ils planchent sur cette question: comment intégrer concrètement les enjeux écologiques dans les formations de gestion, de manière systémique et transversale? Audencia et le Shift Project ont présenté le 8 novembre leur rapport pour "former les acteurs de l’économie de demain" aux enjeux écologiques, dans le cadre de leur projet ClimatSup Business.

"Les managers ont un rôle majeur à jouer dans la transition écologique, insiste Kelvin Frisquet, chef de projet ClimatSup Business au sein du Shift Project. Ils doivent atténuer les impacts de leurs organisations sur l’environnement et œuvrer à l’adaptation de la société aux bouleversements en cours." Problème, les managers sont rarement formés à ces enjeux. Selon un sondage du Shift Project réalisé auprès des enseignants de l’enseignement supérieur en gestion, issus de près de 30 établissements (écoles de management, IAE et universités), seules 6% des formations en management abordaient les enjeux écologiques dans des cours obligatoires en 2019.

Pour Christophe Germain, DG d’Audencia, "il existe trois facteurs de succès pour que les établissements d’enseignement supérieur, dans le domaine du management, participent à la transition écologique". "Le premier facteur, c’est une évolution de notre environnement institutionnel: l’État, les accréditations, les classements… Tout ce qui 'institutionnalise' les établissements et écoles de management, détaille-t-il. Le deuxième facteur, c’est l’interdisciplinarité. Parce que les sujets liés à la transition écologique sont éminemment au carrefour des disciplines. Enfin, troisième facteur de succès: la formation des étudiants, mais aussi des professeurs et des personnels des établissements."

Lire aussiEnvironnement, impact social... Quelles sont les universités les plus engagées?

"Des fresques, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant"

Le rapport ClimatSup Business propose ainsi un socle de connaissances et de compétences sur les enjeux écologiques, "à intégrer dans [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi