Marchés français ouverture 8 h 25 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2151
    +0,0016 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 584,65
    +517,20 (+1,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

Votre eau est-elle potable ? Vérifiez-le grâce aux vibrations de votre smartphone

Céline Deluzarche, Journaliste
·1 min de lecture

Ce n’est pas grâce à une nouvelle application que votre téléphone portable pourrait se transformer en véritable mini laboratoire mais grâce… à son mode vibreur. Yandao Huang, de l’université de Shenzhen en Chine, a ainsi conçu un système permettant de mesurer la viscosité d’un liquide grâce aux vibrations du téléphone. Or, la viscosité d’un liquide est un indicateur incroyablement précis pour identifier les propriétés d’un liquide. Elle est notamment affectée par les bactéries, les minéraux ou les saletés de l’eau, cela permettrait de détecter des polluants. Il est même possible de mesurer les niveaux de protéines ou d'hormones, ce qui pourrait amener à des tests d’urine « maison » pour détecter des maladies rénales ou effectuer des tests de grossesse.

Eau potable : quelles sont les étapes du traitement de l'eau ?

Concrètement, les chercheurs ont imprimé une tasse en 3D qu’ils ont posée sur un iPhone 7 en mode vibreur. L’accéléromètre du smartphone a ensuite mesuré la viscosité du liquide en utilisant l'amplitude des ondes et leur taux de désintégration. « Nous avons pu distinguer trente types de liquides avec une précision moyenne de plus de 95 % », se félicite Yandao Huang dans le New Scientist.

On reste cependant loin d’une application pratique. Il faut d’abord éliminer le « bruit » des vibrations générées par le téléphone lui-même. Il faut ensuite contrôler très strictement la température, car celle-ci est susceptible de faire varier la viscosité. Le modèle mathématique doit également être réadapté selon la matière et la taille du récipient. Enfin, le système a du mal à identifier des liquides mixtes, comme du lait mélangé à du café. Mais en combinant cette méthode de détection avec d’autres indices (par exemple la tension de surface), on pourrait aboutir à de mesures beaucoup plus robustes, avance Yandao Huang.

> Lire la suite sur Futura