La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 400,54
    -0,12 (-0,00 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Eau: l’industrie va aussi devoir se convertir à la sobriété hydrique

JEFF PACHOUD / AFP

Prévu ce jeudi 26 janvier, le gouvernement a finalement décalé l'annonce de son "plan sur l'eau", Christophe Béchu se contentant d'esquisser quelques pistes dans Le Parisien ce mercredi. En attendant, comme pour l'énergie, les industriels prennent conscience de leur dépendance à l'eau, et se convertissent peu à peu à l'idée d'une nécessaire sobriété hydrique.

Entre 7.000 et 10.000 litres d’eau pour un jean, 10 à 25.000 litres pour 1 tonne de papier, 300 et 600 litres pour 1kg d’acier… L’économie française a besoin d’eau. Mais cette ressource se raréfie sous l’effet du réchauffement climatique. Pour réduire le risque, et assurer leur résilience en cas de pénurie, les entreprises vont devoir se convertir à la sobriété hydrique.

Les acteurs de l’eau étaient donc nombreux à attendre les annonces de la secrétaire d’Etat Bérangère Couillard, ce jeudi 26 janvier, sur le nouveau "plan sur la gestion de l’eau" du gouvernement - premier chantier de la planification écologique promise par Emmanuel Macron. Il faudra finalement patienter car les arbitrages ne seraient pas encore rendus. Les acteurs doivent -pour l’instant- se contenter des quelques annonces du ministre de la Transition écologie Christophe Béchu, égrainées dans une interview au Parisien parue ce mercredi 25 janvier.

Et il y a urgence. L’été dernier a été marqué par une sécheresse sans précédent. "L’année 2022 a été un rappel à l’ordre, avec une température record de 14,5 degrés en moyenne, ce qui s’est traduit par un manque d’eau", explique Franck Galland, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique. Le Giec prévoit entre 10 et 40% de baisse du niveau de nos cours d’eau d’ici 2050. "Vous avez aimé 2022, vous allez adorer 2023", ironise déjà le chercheur, alors que l’état des nappes phréatiques françaises préoccupe toujours cet hiver.

Lire aussiSécheresse : la France a soif et les pluies d'orages n'y changeront rien

De quoi alerter les entreprises. Selon Copacel, représentant des professionnels de la papeterie, sur 80 sites en France, 14 ont été marqués par des restrictions, et trois ont carrément dû réduire leur activité. "Si on ouvre le robinet et qu’il n’y a plus d’eau, cela pourrait entraîner un arrêt d’usine", renchérit Philippe Prudhon, directeur des affaires techniques de France Chimie, l’organisation professionnelle de la chimie, plus gros [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi