Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 996,39
    +47,37 (+0,12 %)
     
  • Nasdaq

    16 091,92
    +144,18 (+0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    39 166,19
    -41,84 (-0,11 %)
     
  • EUR/USD

    1,0808
    -0,0034 (-0,31 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,44
    -25,41 (-0,15 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 071,02
    +1 477,11 (+2,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 096,27
    +26,51 (+0,52 %)
     

Eat Salad : les secrets de l'incroyable succès du « McDo » de la salade

Antoine Barat (Eat Salad) dans l’établissement de Mérignac. - Credit:Sebastien ORTOLA/REA
Antoine Barat (Eat Salad) dans l’établissement de Mérignac. - Credit:Sebastien ORTOLA/REA

C'est un slogan grinçant qui en dit long sur la notoriété acquise par la chaîne de restauration rapide Eat Salad. À Montauban, le restaurant à viande Hippopotamus a placardé une affiche 4 x 3, qui proclame : « Pour ceux qui cherchent bien plus que eat une salade ». À 33 ans, Antoine Barat, le cofondateur de Eat Salad, savoure le clin d'œil. Dix ans après sa création à Bordeaux, la chaîne de bars à salade connaît une expansion spectaculaire avec 73 restaurants franchisés dans l'Hexagone. Et 32 autres sont en travaux ou en cours de livraison. En 2024, un Eat Salad ouvrira même ses portes à Vancouver, au Canada, et un autre à Barcelone, en Espagne.

L'origine de cette chaîne où le client compose lui-même ses salades ? Antoine Barat raconte que l'idée lui est venue à New York alors qu'il travaillait dans le textile. « Il y avait une queue immense devant un bar à salade », se souvient le chef d'entreprise. Il convainc Joseph, son frère aîné, aujourd'hui âgé de 34 ans, de se lancer dans l'aventure. En 2012, les deux garçons originaires de Brest s'installent à Bordeaux. « C'était la ville de France qui comptait le plus de restaurants rapides par habitant. Idéal pour tester notre idée ! » explique Antoine Barat.

Code. Les deux frères louent un local avec un ministudio au-dessus pour modéliser leur concept. « C'était spartiate, se souvient le trentenaire. Pour vivre, j'étais réceptionniste de nuit dans un hôtel. » Face à ces jeunes gens, qui ne sont ni Bordelais ni so [...] Lire la suite