Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 022,41
    -0,85 (-0,01 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 918,09
    -18,48 (-0,37 %)
     
  • Dow Jones

    37 986,40
    +211,02 (+0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,0661
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • Gold future

    2 406,70
    +8,70 (+0,36 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 900,76
    -1 007,07 (-1,65 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 371,97
    +59,34 (+4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,24
    +0,51 (+0,62 %)
     
  • DAX

    17 737,36
    -100,04 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    7 895,85
    +18,80 (+0,24 %)
     
  • Nasdaq

    15 282,01
    -319,49 (-2,05 %)
     
  • S&P 500

    4 967,23
    -43,89 (-0,88 %)
     
  • Nikkei 225

    37 068,35
    -1 011,35 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    16 224,14
    -161,73 (-0,99 %)
     
  • GBP/USD

    1,2370
    -0,0068 (-0,55 %)
     

E-tourisme : quand le smartphone détrône l’agence de voyage

Oscar Wong / Getty Images

Réserver ses vacances depuis son smartphone ou son ordinateur est devenu monnaie courante. Désormais, en seulement quelques clics, il est possible d’acheter des billets d’avion ou de train, de louer une voiture, de réserver une nuit à l’hôtel ou une chambre chez l’habitant. Cette transformation numérique a conquis le plus grand nombre puisque 82 % des Français partis en vacances l’année dernière - environ 30 millions de personnes - ont eu recours à ce que les professionnels appellent le e-tourisme. La part des Français qui réservent par smartphone est même passée de 7 % en 2010 à 65 % aujourd’hui, révèle ce mardi 12 mars le cabinet de conseil Raffour Interactif, spécialisé dans les études marketing dédiées au tourisme de Loisir et d'affaires.

«C’est une augmentation vraiment conséquente, qui s’explique à la fois par la période inflationniste que nous traversons et par la volonté de multiplier les recherches sur les plateformes pour trouver le meilleur rapport qualité/prix», décrypte Guy Raffour, fondateur de ce cabinet. L’e-tourisme a aussi profité de la pandémie de Covid 19. «Il y a eu un regain de création de plateformes durant ces dernières années », les gens souhaitant rattraper le temps perdu, poursuit-il.

Bien que 35% des Français partis en vacances en 2023 n’aient pas utilisé internet, très certainement ceux qui ont préféré «des séjours longs non marchands, c’est-à-dire dans leur famille ou chez des amis, où ils se rendent le plus souvent par leur propre moyen», explique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

ArcelorMittal investit près d'un milliard d'euros dans Vallourec : un coup de maître dans le secteur de l'acier
JO 2024 : comment Visa compte plier le match avec Mastercard pour vos paiements
Okaïdi : le renouveau éclatant d'une marque iconique pour enfants, au détriment des salariés ?
Maisons du Monde : une cinquantaine de magasins en sursis et des économies à tous les étages
Airbnb : les caméras de surveillance seront interdites dans les logements