La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 013,18
    -138,83 (-0,41 %)
     
  • Nasdaq

    12 953,34
    -149,20 (-1,14 %)
     
  • Nikkei 225

    29 222,77
    +353,86 (+1,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0185
    +0,0015 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    19 922,45
    +91,93 (+0,46 %)
     
  • BTC-EUR

    22 903,09
    -761,07 (-3,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    555,38
    -17,44 (-3,04 %)
     
  • S&P 500

    4 279,16
    -26,04 (-0,60 %)
     

E-commerce : l’habillement en crise

Le constat est sans appel: les soldes d’été connaissent un très mauvais démarrage. C’est en tout cas ce que relève la fédération professionnelle Alliance du commerce. Selon son étude, les ventes en magasins d’habillement du 22 juin au 2 juillet ont baissé de 19% par rapport à la même période en 2019, soit avant la crise sanitaire. Baisse de trafic  En cause, la baisse de la fréquentation des magasins, emportée par la hausse des prix. Parmi les catégories les plus concernées, figurent notamment l’habillement et la chaussure. Une réalité reflétée en Bourse. Depuis le début de l’année, les titres SMCP, Showroomprivé et Spartoo cèdent respectivement 31%, 46% et 63%. Malgré un bon début d’année pour SMCP, les investisseurs redoutent l’évolution de la situation sanitaire en Asie-Pacifique (APAC), zone prioritaire de développement du groupe de luxe «accessible». Pour l’heure, le propriétaire de Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac maintient ses objectifs annuels. Il vise une croissance des ventes à deux chiffres, ainsi qu’une marge opérationnelle courante ajustée en ligne avec celle de 2021, soit 9,2% «sous la condition que le contexte sanitaire en APAC s'améliore assez rapidement». Le dossier conserve un intérêt spéculatif lié à un changement d’actionnaires à venir. Du côté de Showroomprivé, l’activité du deuxième trimestre de l’exercice 2022 devrait suivre la même tendance baissière que celle du premier trimestre. Le déstockeur en ligne pâtit d’un effet de base élevé, mais il fait surtout face aux tensions d’approvisionnement. Un contexte qui nous incite à rester à l’écart du titre. Manque de visibilité Enfin, la dégringolade boursière se poursuit pour Spartoo. Introduit en Bourse le 7 juillet 2021 à 6,53 euros, le titre cote aujourd’hui moins de 2 euros. La crise sanitaire et les problèmes d’approvisionnement n’ont Cliquez ici pour lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles