La bourse ferme dans 6 h 30 min
  • CAC 40

    5 793,31
    +90,09 (+1,58 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 690,14
    +53,70 (+1,48 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2042
    -0,0045 (-0,37 %)
     
  • Gold future

    1 744,70
    +15,90 (+0,92 %)
     
  • BTC-EUR

    39 284,50
    +1 641,09 (+4,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    949,36
    +16,23 (+1,74 %)
     
  • Pétrole WTI

    62,49
    +0,99 (+1,61 %)
     
  • DAX

    13 945,64
    +159,35 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 595,31
    +111,88 (+1,73 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • GBP/USD

    1,3947
    +0,0025 (+0,18 %)
     

Une dynastie d'arnaqueurs de prêtres devant le tribunal du Havre

·1 min de lecture

Leur arnaque était bien rodée, et surtout, elle faisait office de vraie tradition transmise de père en fils. En décembre dernier, Europe 1 révélait qu'un gang spécialisé dans l'escroquerie de prêtres dans la France entière avait été démantelé. Ils sont aujourd'hui huit à être jugés au tribunal du Havre pour escroquerie et complicité d'escroquerie en bande organisée. A la tête du groupe, des jumeaux, issus d'une famille déjà experte en la matière. Leur père a lui même déjà été condamné pour des faits similaires. 

"On se laisse prendre par les sentiments"

Ces escrocs - dont la cible privilégiée était des prêtres âgés, en retraite - sont suspectés d'avoir extorqué de l'argent à une trentaine d'homme d'Eglise entre 2018 et 2020. Pour mener à bien leurs arnaques, les jumeaux et leurs complices contactaient les victimes par téléphone, se présentant comme des paroissiens en détresse, ou se faisant aussi passer pour des gendarmes pour prouver leur bonne foi.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

 

Une mésaventure qui est arrivée au père Joseph Dissac, 76 ans, installé dans l'Aveyron et embarqué dans une histoire d'emménagement : "Bien sûr, il y avait des problèmes pour payer la caution. Et puis et puis...On se laisse prendre par les sentiments, on a l'impression que la personne est totalement en désarroi, on imagine les larmes qui coulent. Et à un moment, je me dis 'si je peux faire quelque chose, alors pourquoi pas !'. Et on se fait avoir...",...


Lire la suite sur Europe1