Marchés français ouverture 2 h 28 min

Plus d'un quart des logements sont inoccupés dans le centre de Paris

franceinfo
Plus d'un quart des logements sont inoccupés dans le centre de Paris

Le centre de Paris compte de plus en plus d'appartements vacants. Dans les quatre arrondissements centraux de la capitale, 26% des logements restent inoccupés, selon un rapport de l'Atelier parisien d'urbanisme (Apur), cité par LCI.

Cette proportion de logements vacants est largement supérieure à la moyenne parisienne, où la part d'habitations vides est de 15%, explique l'étude. Ce phénomène ne cesse d'augmenter : entre 2008 et 2013, la proportion de logements inoccupés a augmenté de 1,3 point dans les quatre arrondissements centraux de Paris, contre 0,6 point en moyenne dans la capitale. Au total, l'Apur recense plus de 205 000 logements inoccupés à Paris.

Le quatrième arrondissement est celui qui compte le plus de logements vacants : près d'un sur trois (29,8%) y est inoccupé, selon l'Apur. Cette proportion atteint 26,8% dans le premier arrondissement, 26,5% dans le deuxième et 20,7% dans le troisième. La part de

logements vides a particulièrement augmenté dans le deuxième arrondissement ces dernières années.

Alourdir la surtaxe sur ces logements

Afin de remédier à ce problème, la ville de Paris cherche à taxer davantage les propriétaires de résidences secondaires et de logements vacants dans la capitale. Mardi 4 juillet, le Conseil de Paris a voté le principe d'une multiplication par quatre des taxes sur ces logements secondaires ou inoccupés.

La surtaxe de la taxe d'habitation, qui s'élève actuellement à 60% pour ces habitations à Paris, pourrait ainsi atteindre 250%.

Retrouvez cet article sur Francetv info

VIDEO. De Margerie, le patron qui faisait rire l'émir du Qatar
VIDEO. Christophe de Margerie, un "grand ami" de la Russie et une disparition mystérieuse
VIDEO. Crash de l'avion de l'ex-PDG de Total : le témoignage du principal accusé pour "Complément d'enquête"
Canada : du saumon transgénique dans l'assiette
Économie : vers une nouvelle surtaxe pour les grandes entreprises