La bourse ferme dans 3 h 45 min
  • CAC 40

    7 063,14
    -34,07 (-0,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 143,64
    -34,37 (-0,82 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,68 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0900
    +0,0026 (+0,24 %)
     
  • Gold future

    1 941,50
    -4,10 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    21 177,50
    -458,66 (-2,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    521,49
    +4,49 (+0,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,69
    +0,01 (+0,01 %)
     
  • DAX

    15 071,97
    -78,06 (-0,52 %)
     
  • FTSE 100

    7 771,02
    +5,87 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,31 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • GBP/USD

    1,2390
    -0,0005 (-0,04 %)
     

Dufourcq (Bpifrance) et Bazin (Saint-Gobain) entonnent un discours martial pour l’industrie

Bruno Levy / Challenges

Au 9e Sommet de l’économie, le directeur général de Bpifrance et le directeur général de Saint-Gobain ont souligné la nécessité, pour la France, de montrer du muscle afin de sauver son industrie. Face aux Chinois et aux Américains, mais aussi face aux Allemands.

Il y a eu le temps du réveil, après les Gilets jaunes et la crise Covid, lorsque la France a réalisé qu’il lui fallait impérativement rebâtir son industrie, afin de garantir des emplois dans tous les territoires mais aussi afin de défendre sa souveraineté. La crise énergétique fait passer un nouveau cap : pour conserver ses usines et en faire sortir de nouvelles du sol hexagonal, le pays va devoir se battre frontalement, y compris avec ses alliés occidentaux. Invité du 9e Sommet de l’économie organisé par Challenges, Nicolas Dufourcq l’a martelé ce 1er décembre avec une forme de brutalité rare. “Le nouveau siècle commence en 2022, avec le retour du protectionnisme, de l’inflation et de la guerre sur le sol européen, analyse le directeur général de Bpifrance et auteur de La Désindustrialisation de la France (Odile Jacob). On a basculé, on est dans autre chose. Et dans ce nouveau cadre, la France ne peut pas être le gentil pays, seul dans un monde violent. Il va falloir se battre : ne pas chercher le consensus à tout prix, jouer la politique de la chaise vide, utiliser les moyens à notre disposition.”

Benoît Bazin, directeur général de Saint-Gobain, assume une même tonalité va-t-en-guerre. “Les Américains sont en train de violer les règles de l’OMC", relève-t-il en pointant le plan Biden pour la décarbonation de l'industrie US et la lutte contre l'inflation – quelques heures après qu’Emmanuel Macron a jugé lui-même ce plan “hyper agressif pour nos entreprises”, lors de son voyage à Washington. “Donc soit on attend cinq ans pour que l’OMC en vienne à dire que ce n’était pas bien du tout d’agir ainsi de la part des Etats-Unis, continue Bazin sur le plateau du Sommet de l’économie. Soit on remet la balle au centre. Les Etats-Unis, comme les Chinois d’ailleurs, ne connaissent que le rapport de force.”

Lire aussiBazin (Saint-Gobain) : "L’Europe ne doit pas être naïve"

En matière industrielle, le bras de fer pratiqué à l'encontre de Washington vaudrait d’ailleurs tout autan[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi