La bourse est fermée
  • Dow Jones

    27 463,19
    -222,19 (-0,80 %)
     
  • Nasdaq

    11 431,35
    +72,41 (+0,64 %)
     
  • Nikkei 225

    23 485,80
    -8,54 (-0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,1788
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    24 787,19
    -131,59 (-0,53 %)
     
  • BTC-EUR

    11 593,90
    +36,20 (+0,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    270,44
    +9,15 (+3,50 %)
     
  • S&P 500

    3 390,68
    -10,29 (-0,30 %)
     

Comment les drones peuvent sauver des vies

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Le drone, une question de vie ou de mort. Il y a les drones assassins, mais aussi les drones qui sauvent des vies. Ceux de la société américaine MissionGO permettent de gagner du temps lorsqu’il s’agit de transporter en urgence un organe pour le transplanter. Il faut savoir qu'une fois retiré, un organe n'est viable que durant quelques d'heures. Si les chirurgiens ne peuvent pas le transplanter avant la fin du temps imparti, l’organe en question ne va pas pouvoir être utilisé. Dans tous les cas, il faut gagner un maximum de temps en cherchant à réduire celui dévolu aux transports.

Or, le gros souci repose bien souvent sur la durée de transport durant les derniers kilomètres entre un aéroport et l’hôpital, ou encore deux centres hospitaliers situés dans une grande agglomération. Pour réduire la durée d'acheminement, le drone présente une solution idéale. Ainsi, l’an dernier, des chercheurs de l'université du Maryland avaient exploité un drone pour transporter un rein qui a été transplanté avec une marge de manœuvre rassurante pour les médecins. Mais lors de cette expérimentation, la distance parcourue était alors limitée à 4,8 kilomètres.

Les drones-livreurs pourraient permettre de sauver des vies. © MissionGo
Les drones-livreurs pourraient permettre de sauver des vies. © MissionGo

Deux vols expérimentaux

Dernièrement, MissionGO en partenariat avec le Nevada Donor Network a battu un record de gain de temps avec deux vols expérimentaux. Le premier a permis d’acheminer des cornées humaines entre deux hôpitaux de Las Vegas distants d’environ quatre kilomètres, mais dont les voies de circulation sont souvent très congestionnées. Le second a repoussé les limites de la livraison par drone en transportant un rein à partir d’un aéroport au centre médical sur une distance record d’environ 16,6 kilomètres. Grâce à lui, le trajet terrestre qui aurait duré entre 15 et 20 minutes, a été réduit à quatre minutes.

Selon Ryan Henderson, le télépilote de l’aéronef, aux États-Unis, cette plage de 15 à 20 minutes de transport terrestre entre un aéroport et

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura