La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 336,67
    +27,16 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    12 779,91
    -74,89 (-0,58 %)
     
  • Nikkei 225

    27 819,33
    -180,63 (-0,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,0324
    +0,0022 (+0,22 %)
     
  • HANG SENG

    20 082,43
    +471,59 (+2,40 %)
     
  • BTC-EUR

    23 431,29
    +176,30 (+0,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    573,13
    -1,61 (-0,28 %)
     
  • S&P 500

    4 207,27
    -2,97 (-0,07 %)
     

Drones navals: l'incroyable projet de réindustrialisation de Naval Group

Le groupe français va installer à la Londe-les-Maures (Var) un centre d'excellence sur les drones de surface et drones sous-marins. Il ressuscite ainsi une ancienne usine de la DCN fermée en 1993. Une réindustrialisation spectaculaire.

Un grillage rouillé, une usine désaffectée, quelques bâtiments tagués au milieu des hautes herbes. A la Londe-les-Maures (Var), habitants et estivants s'étaient habitués à la friche industrielle du quartier des Bormettes, à quelques mètres des plages de l'Argentière et Tamaris. Presque trente ans après sa fermeture, cet ancien site de la DCN (Direction des constructions navales) s'apprête à connaître une renaissance spectaculaire. Naval Group, son propriétaire, . "Ce site a de nombreux avantages, explique une source proche du dossier. Il est situé à proximité de nos grands clients, la Marine nationale et la DGA, présents notamment à Toulon. Il dispose également d'un accès direct à la mer, ce qui est extrêmement rare."

Vue aérienne de l'usine désaffectée des Bormettes, en 2001 (crédit : Monuments nationaux)

Entièrement rénové, le site de la Londe (22 hectares) accueillera à l'horizon 2026-2027 les activités de drones du groupe naval français, mais également la fabrication des torpilles de Naval Group, aujourd'hui conçues sur le site de Gassin, près de Saint-Tropez, dont les salariés rejoindront le nouveau site. Le groupe dirigé par Pierre-Eric Pommellet va également muscler son autre grande implantation varoise, le site d’Ollioules. Ce dernier va accueillir 200 salariés du site de Bagneux (Hauts-de-Seine), et devenir le centre d'excellence de l'activité systèmes de combat de Naval Group. Ces sont en quelque sorte le cerveau opérationnel des navires : ils gèrent à la fois les capteurs (radars, sonars…), et les "effecteurs" (missiles, torpilles, canons…), présentent les situations tactiques et proposent des actions (tir d’armement, contre-mesures…) au commandement. L’investissement total sur les sites de la Londe et celui d’Ollioules est estimé à 140 millions d’euros.

Sacrée histoire que celle de l’usine des Bormettes. C’est le groupe Schneider, les maîtres de forges du Creusot, qui ouvre le site en 1907, pour expérimenter de nouvelles torpilles. En 1912, la sociét[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles