La bourse ferme dans 4 h 19 min
  • CAC 40

    5 567,14
    +74,99 (+1,37 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 502,36
    +39,32 (+1,14 %)
     
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1876
    +0,0031 (+0,26 %)
     
  • Gold future

    1 808,70
    -29,10 (-1,58 %)
     
  • BTC-EUR

    16 010,15
    +429,02 (+2,75 %)
     
  • CMC Crypto 200

    375,70
    +14,27 (+3,95 %)
     
  • Pétrole WTI

    43,46
    +0,40 (+0,93 %)
     
  • DAX

    13 258,73
    +131,76 (+1,00 %)
     
  • FTSE 100

    6 404,81
    +70,97 (+1,12 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    26 165,59
    +638,22 (+2,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 588,20
    +102,00 (+0,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,3350
    +0,0028 (+0,21 %)
     

Des drones pour étudier les volcans et prévenir les éruptions

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Pour ce qui est des émissions de CO2, on parle beaucoup de la contribution du secteur aéronautique et en général des conséquences de l’activité humaine. En revanche, il existe également des émetteurs naturels de CO2 : les volcans. Ainsi, en 2020, 60 volcans sont entrés en éruption sur les 1.420 actifs et on estime que moins de 1 % des émissions en CO2 proviennent de ces volcans. Il est cependant très difficile d’obtenir de véritables données, puisque les prélèvements sont très compliqués à réaliser. Ainsi, seules les émissions de 500 volcans ont pu être analysées jusqu’à maintenant.

Plus que de savoir quelle est la participation des volcans en matière d’émission de CO2, c’est le calcul du rapport entre les niveaux de soufre et de dioxyde de carbone qu’ils produisent qui est important. La connaissance de ce ratio est essentielle pour déterminer la probabilité qu'une éruption se produise, ce rapport aide les volcanologues à déterminer l'évolution de son magma. Mais le souci réside dans les collectes qui doivent être réalisées dans le cratère au plus près de la zone active.  Pour y parvenir le drone constitue un allié de choix, et c’est justement l’expérimentation réalisée par les chercheurs du University College of London (UCL). Baptisé Above, ce qui signifie « au-dessus », le projet a impliqué des spécialistes de la volcanologie et de l'ingénierie aérospatiale provenant du Royaume-Uni, des États-Unis, du Canada, d'Italie, de Suède, d'Allemagne, du Costa Rica, de Nouvelle-Zélande et de Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Il y a dix ans, les volcanologues ne pouvaient qu’estimer grossièrement quelles étaient les émissions de CO2 d’un volcan comme Manam. En combinant les échantillons collectés par drone avec les images satellites et des capteurs terrestres, la prévision sur les éruptions gagne en précision. © UCL

L’activité humaine agit comme des milliers de volcans

Sur des drones modifiés, les chercheurs ont fixé des capteurs de gaz miniaturisés, des spectromètres et des...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura