La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 223,42
    +26,76 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 662,79
    -142,21 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    26 547,05
    +119,40 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0440
    +0,0023 (+0,22 %)
     
  • HANG SENG

    19 950,21
    +51,44 (+0,26 %)
     
  • BTC-EUR

    28 781,30
    -1 132,07 (-3,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    667,04
    +424,36 (+174,87 %)
     
  • S&P 500

    4 008,01
    -15,88 (-0,39 %)
     

Comment le drone turc TB2 inspire l'armée française

·2 min de lecture

Les drones turcs Bayraktar TB2 se sont imposés comme l'un des actifs les plus précieux de l'armée ukrainienne face à l'envahisseur russe.

Ils ne sont qu'une vingtaine tout au plus. Pourtant, les drones turcs Bayraktar TB2 se sont imposés comme l'un des actifs les plus précieux de l'armée ukrainienne face à l'envahisseur russe. Selon l'analyste militaire Stijn Mitzer, du blog Oryx, ces engins de 700 kilogrammes auraient déjà détruit une soixantaine de matériels russes, dont six blindés, une dizaine de systèmes antiaériens, neuf hélicoptères et deux centres de commandement. L'armée ukrainienne a même fait une chanson en l'honneur du drone turc, qui avait déjà contribué à la victoire de l'Azerbaïdjan contre l'Arménie lors du conflit du Nagorno-Karabakh en 2020. Moins sophistiqués que les Reaper américains, au rayon d'action supérieur, les TB2 ne manquent pas d'atouts: robustes, endurants, ils peuvent se déployer depuis des pistes sommaires et embarquer quatre missiles guidés par laser.

"Trou dans la raquette des forces françaises"

Une quinzaine de pays en ont déjà acheté, dont le Qatar, la Pologne, le Maroc, la Libye et le Pakistan. De quoi donner des idées en France. "Ces drones fiables et bon marché, consommables, sont un trou dans la raquette des forces françaises qu'il faut combler d'urgence, estime Cédric Perrin, vice-président LR de la commission Défense du Sénat et auteur de plusieurs rapports sur les drones militaires. Face au scénario de conflits de haute intensité, on ne peut se contenter de matériels ultra haut de gamme, en faible nombre." Le député LREM Fabien Gouttefarde et Thierry Berthier, chercheur à la chaire de cyberdéfense de Saint-Cyr, appelaient même le 28 mars dans Atlantico à développer en moins de deux ans un TB2 français à 5 millions d'euros l'unité. Contre 118 millions pour le futur Euro-drone européen.

Retrouvez cet article sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles