La bourse ferme dans 3 h 49 min
  • CAC 40

    5 553,05
    +60,90 (+1,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 496,31
    +33,27 (+0,96 %)
     
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1869
    +0,0024 (+0,20 %)
     
  • Gold future

    1 808,90
    -28,90 (-1,57 %)
     
  • BTC-EUR

    16 136,70
    +555,57 (+3,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    377,30
    +15,87 (+4,39 %)
     
  • Pétrole WTI

    43,48
    +0,42 (+0,98 %)
     
  • DAX

    13 234,56
    +107,59 (+0,82 %)
     
  • FTSE 100

    6 390,86
    +57,02 (+0,90 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    26 165,59
    +638,22 (+2,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 588,20
    +102,00 (+0,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,3329
    +0,0006 (+0,05 %)
     

Ce drone propulsé par hydrogène peut voler pendant des heures

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

L’autonomie en vol est encore une fois l’entrave majeure à l’utilisation des drones à motorisation électrique pour de nombreuses applications, comme la surveillance, la livraison de médicaments, d’organes ou encore de colis… Les drones mutirotor sont souvent limités à une trentaine de minutes d’autonomie. Pour aller plus loin, il faut compter sur l’optimisation de l’aérodynamisme ou encore le moteur hybride qui a permis dernièrement de maintenir un drone en vol stationnaire pendant plus de dix heures.

Les chercheurs du Micro Air Vehicle Lab (MAVLab) de l’université de technologie de Delft aux Pays-Bas, misent, quant à eux, sur une motorisation alimentée par de l’hydrogène pour faire voler un drone pendant des heures. Des prototypes existent déjà mais il ne s’agit pas de drones multirotor mais d’ailes volantes et ils évoluent avec des vitesses relativement faibles. Les chercheurs de l’université se sont associés à la Marine royale néerlandaise et à ses garde-côtes pour développer un drone à hydrogène qui puisse décoller et atterrir verticalement tout en étant capable de voler horizontalement efficacement pendant plusieurs heures. Pour y parvenir, leur drone combine l'hydrogène et des batteries comme source d'énergie pour alimenter les moteurs électriques.

Équipé de 12 moteurs électriques, le drone de 13 kg est capable d’apponter verticalement et de voler horizontalement pendant 3,5 heures. © MAVLab TU Delft

L’appontage, une manœuvre énergivore

Pour corser l’épreuve, les premiers tests se sont déroulés avec succès avec l’appontage d’un navire en pleine mer. Un exercice difficile, comme le savent les télépilotes l’ayant expérimenté. Le vent, l’environnement salin, le mouvement du navire et son tangage, ainsi que la zone d’atterrissage limitée sont autant de facteurs venant entraver les manœuvres de décollage et surtout d’appontage. Dans ces phases, les moteurs peuvent avoir besoin d’énormément d’énergie. Si le drone peut donc décoller et atterrir verticalement, il...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura