Marchés français ouverture 5 h 7 min
  • Dow Jones

    35 490,69
    -266,19 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,84
    +0,12 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 824,96
    -273,28 (-0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,1605
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    25 630,88
    +2,14 (+0,01 %)
     
  • BTC-EUR

    50 661,11
    -2 037,61 (-3,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 408,03
    -66,30 (-4,50 %)
     
  • S&P 500

    4 551,68
    -23,11 (-0,51 %)
     

Le drone sous-marin océanique, nouveau pari de Naval Group

·2 min de lecture

Lors de ses Innovation Days, le groupe a présenté un projet de drone sous-marin destiné à des missions de renseignement ou de détection de sous-marins. Un premier démonstrateur est en test près de Toulon.

Rebondir, et vite. Trois semaines après le , Naval Group a tenté de tourner la page en présentant, lors de ses 5èmes Innovation Days, les grands axes de sa stratégie d'innovation. Si la a mis un peu de baume sur les plaies, le choc australien reste douloureux. Avec ce grand raout organisé au palais des congrès d'Issy-les-Moulineaux, le champion français du naval de défense s'est employé à montrer que ses chercheurs et techniciens en avaient encore sous la semelle, avec douze zones de présentation évoquant pêle-mêle les drones sous-marins océaniques, l'intelligence artificielle embarquée, les essaims de drones, matériaux composites de rupture, ou encore les cyber protections des navires de la marine nationale.

Le clou du spectacle était incontestablement l'annonce d'un projet de drone sous-marin océanique, capable d'épauler les navires et sous-marins habités, sur lequel le groupe travaille depuis cinq ans dans le plus grand secret. Un premier démonstrateur de 10 m de long et d'un poids de 10 tonnes, d'une vitesse maximal de 15 nœuds, a déjà été testé près de Toulon. Fabriqué en 24 mois et capable de plonger à 150 m de profondeur, il a été mis à l'eau en novembre 2020 et a réalisé sa première plongée en février dernier. L'objectif est désormais de réaliser un première mission de surveillance autonome en 2022. Le programme est réalisé en coopération avec Thales, qui fournit le sonar, mais aussi avec l'Onera, l'Inria, et la .

Fortes capacités d'IA

Pourquoi un drone sous-marin? "Le constat, c'est que les marines sont soumises à des contrats opérationnels de plus en plus exigeants, explique Eric Papin, directeur technique et innovation de Naval Group. L'idée est donc de concevoir des drones sous-marins qui permettront d'épauler les navires habités et d'effectuer des missions avec une totale autonomie." Ces engins, dits océaniques, s'annoncent bien plus ambitieux que les drones sous-marins actuels, appelés "drones organiques" par Naval Group, qui restent à proximité des [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles