La bourse ferme dans 3 h 32 min
  • CAC 40

    5 562,58
    +70,43 (+1,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 502,02
    +38,98 (+1,13 %)
     
  • Dow Jones

    29 591,27
    +327,79 (+1,12 %)
     
  • EUR/USD

    1,1875
    +0,0030 (+0,25 %)
     
  • Gold future

    1 807,90
    -29,90 (-1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    16 079,48
    +498,34 (+3,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    375,09
    +13,66 (+3,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    43,66
    +0,60 (+1,39 %)
     
  • DAX

    13 251,13
    +124,16 (+0,95 %)
     
  • FTSE 100

    6 401,28
    +67,44 (+1,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 880,63
    +25,66 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 577,59
    +20,05 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    26 165,59
    +638,22 (+2,50 %)
     
  • HANG SENG

    26 588,20
    +102,00 (+0,39 %)
     
  • GBP/USD

    1,3315
    -0,0007 (-0,05 %)
     

Ce drone vous emmène au cœur d'un réacteur de Tchernobyl

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Après avoir atteint le tréfonds des grottes de glace les plus profondes du monde au Groenland (lire ci-dessous), le drone Elios 2 de Flyability s’est lancé dans l’inspection de l’un des endroits les plus inaccessibles et réputés pour sa dangerosité : le cœur de l’un des réacteurs de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine. La firme a été missionnée par l’équipe qui œuvre au démantèlement de certains bâtiments de la centrale nucléaire. Sans risquer la santé d’opérateurs humains, il s’agit de pénétrer dans ces installations pour vérifier si des déchets nucléaires s’y trouvent. L’équipe de démantèlement s’est notamment concentrée sur le cas du réacteur numéro 5 de l’installation.

Il y a trente-quatre ans, ce réacteur était en construction et pratiquement achevé. En raison de la catastrophe et de la précipitation, il reste depuis impossible de savoir si, à l’époque, les bassins de stockage de combustible pour ce réacteur avaient déjà reçu leurs chargements en barre d’uranium. De même, l’équipe souhaitait également savoir si les équipements principaux de ce réacteur avaient déjà été mis en place. L’inspection de centrales nucléaires n’est pas une première pour le drone Elios 2. C’est même devenu une spécialité pour l’aéronef doté d’un arceau, sorte de cage de protection qui lui permet de se faufiler un peu partout sans crainte de crash fatal.

En 1986, lors de la catastrophe de la centrale de Tchernobyl, le réacteur numéro 5 était en fin de construction. Le drone Helio 2 a permis de vérifier si des déchets nucléaires s’y trouvent. © Helios

Un vol sous haute tension

Le drone est régulièrement exploité dans les centrales nucléaires lors des opérations d’inspection décennales, alors que le réacteur est en arrêt complet. L’aéronef permet ainsi de réduire considérablement la durée d’inspection et d’améliorer la sécurité. Dans le cas du réacteur de Tchernobyl, pour les télépilotes de Flyability, la mission était stressante. Pour accéder à l'intérieur du réacteur, le mur...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura