La bourse est fermée
  • CAC 40

    4 594,24
    +24,57 (+0,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 958,21
    -1,82 (-0,06 %)
     
  • Dow Jones

    26 501,60
    -157,51 (-0,59 %)
     
  • EUR/USD

    1,1641
    -0,0037 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    1 878,80
    +10,80 (+0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    11 776,63
    -35,26 (-0,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    265,42
    +1,78 (+0,68 %)
     
  • Pétrole WTI

    35,72
    -0,45 (-1,24 %)
     
  • DAX

    11 556,48
    -41,59 (-0,36 %)
     
  • FTSE 100

    5 577,27
    -4,48 (-0,08 %)
     
  • Nasdaq

    10 911,59
    -274,00 (-2,45 %)
     
  • S&P 500

    3 269,96
    -40,15 (-1,21 %)
     
  • Nikkei 225

    22 977,13
    -354,81 (-1,52 %)
     
  • HANG SENG

    24 107,42
    -479,18 (-1,95 %)
     
  • GBP/USD

    1,2953
    +0,0030 (+0,23 %)
     

Droits voisins : la justice française valide l'obligation pour Google de négocier avec la presse

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

La cour d'appel de Paris a validé la décision de l'Autorité de la concurrence d'imposer "une négociation de bonne foi" à Google avec les éditeurs de la presse française sur la question des droits voisins, selon l'arrêt consulté jeudi 8 octobre par l'AFP. "La concurrence s'applique à tous, y compris dans le numérique", a indiqué de son côté la présidente de l'Autorité de la concurrence, Isabelle de Silva, dans un tweet.

La décision de la cour d'appel de Paris va être regardée de près par d'autres pays. La France est le premier membre de l'UE à avoir appliqué cette législation européenne. Elle prévoit une rémunération pour les contenus (photos et vidéos notamment) utilisés par les plateformes en ligne, mais Google avait refusé d'emblée de payer la presse française, déclenchant un bras de fer avec le secteur.

Négociations en cours

Le 9 avril, l'Autorité de la concurrence, saisie par des éditeurs de presse, dont l'AFP, avait enjoint à Google de négocier "de bonne foi" sur ces droits voisins. Google avait alors simultanément contesté et appliqué la décision. Le géant américain avait saisi la cour d'appel de Paris pour obtenir son invalidation, tout en ouvrant des discussions avec l'Alliance (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi