Marchés français ouverture 5 h 41 min
  • Dow Jones

    30 046,24
    +454,97 (+1,54 %)
     
  • Nasdaq

    12 036,79
    +156,15 (+1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    26 626,72
    +461,13 (+1,76 %)
     
  • EUR/USD

    1,1906
    +0,0010 (+0,08 %)
     
  • HANG SENG

    26 901,02
    +312,82 (+1,18 %)
     
  • BTC-EUR

    15 989,43
    -37,55 (-0,23 %)
     
  • CMC Crypto 200

    378,63
    +8,88 (+2,40 %)
     
  • S&P 500

    3 635,41
    +57,82 (+1,62 %)
     

Droits voisins: Google accepte de payer plusieurs titres de la presse française

Séverine Rouby, AFP
·1 min de lecture

C'est un virage majeur dans les relations entre Google et la presse: le géant américain vient de signer plusieurs accords avec des journaux français afin de rémunérer l'utilisation de leurs contenus, une première mondiale qui s'inscrit dans le cadre de la législation européenne sur les droits voisins.

Dans un billet de blog mis en ligne jeudi, Google annonce avoir signé des accords individuels avec "un certain nombre d'éditeurs de la presse quotidienne et des magazines dont Le Monde, Courrier International, L'Obs, Le Figaro, Libération, et L'Express".

Google précise être "actuellement en discussion avec de nombreux autres acteurs de la presse quotidienne nationale et régionale, ainsi que de la presse magazine".

Lire aussi : Droits voisins : cinq questions pour comprendre le conflit entre Google et la presse française

Les droits voisins prévoient une rémunération pour les contenus des éditeurs de presse (photos et vidéos notamment) utilisés par les plateformes en ligne, par exemple lorsqu'ils apparaissent dans les résultats de recherche sur Google. Ils résultent d'une législation européenne adoptée en 2019 et immédiatement mise en application par la France.

L'évolution des négociations est donc scrutée dans d'autres pays où les problématiques des éditeurs face à Google sont similaires.

"Plusieurs millions d'euros" sur trois ans

Google avait refusé dans un premier temps de payer la presse française, déclenchant un bras de fer avec le (...) Lire la suite sur La Tribune.fr