La bourse ferme dans 47 min
  • CAC 40

    6 709,13
    +72,13 (+1,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 197,83
    +47,64 (+1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 722,45
    +464,13 (+1,35 %)
     
  • EUR/USD

    1,1751
    +0,0055 (+0,47 %)
     
  • Gold future

    1 753,60
    -25,20 (-1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    37 595,12
    +1 138,65 (+3,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 110,43
    +1,51 (+0,14 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,08
    +0,85 (+1,18 %)
     
  • DAX

    15 659,66
    +152,92 (+0,99 %)
     
  • FTSE 100

    7 084,91
    +1,54 (+0,02 %)
     
  • Nasdaq

    15 035,50
    +138,65 (+0,93 %)
     
  • S&P 500

    4 447,71
    +52,07 (+1,18 %)
     
  • Nikkei 225

    29 639,40
    -200,31 (-0,67 %)
     
  • HANG SENG

    24 510,98
    +289,44 (+1,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3749
    +0,0129 (+0,95 %)
     

Droits voisins : condamné en France par l'Autorité de la concurrence, Google fait appel

·1 min de lecture

Google fait appel de l'amende de 500 millions d'euros infligée en juillet par l'Autorité de la concurrence française dans le dossier des droits voisins, première décision d'une autorité de régulation européenne sur ce sujet, a annoncé le géant du numérique mercredi 1er septembre. "Nous sommes en désaccord avec certains éléments juridiques, et considérons que le montant de l'amende est disproportionné au regard des efforts que nous avons mis en place" pour appliquer les droits voisins, qui visent à rémunérer la presse pour la reprise de ses contenus par le moteur de recherche, a indiqué dans un communiqué Sébastien Missoffe, le directeur général de Google France. "Nous reconnaissons le droit voisin, et nous restons engagés pour signer des accords en France" avec les éditeurs de presse, a-t-il ajouté.

Le 13 juillet, l'Autorité de la concurrence française a condamné Google à une amende de 500 millions d'euros pour ne pas avoir négocié "de bonne foi" avec les éditeurs de presse sur l'application des droits voisins. L'Autorité de la concurrence avait par ailleurs ordonné à Google de "présenter une offre de rémunération pour les utilisations actuelles de leurs contenus protégés" aux éditeurs et agences de presse, sous peine de se voir infliger des astreintes qui pourront aller jusqu'à 900.000 euros par jour au total.

>> A lire aussi - Pas de retour au bureau avant 2022 pour les salariés de Google

Mercredi, le géant américain a précisé qu'il avait pris des initiatives pour répondre aux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Des menuiseries haut-de-gamme livrées sans intermédiaire
Pernod Ricard se rapproche de son niveau d'avant la crise
Le salaire stratosphérique proposé par le PSG à Kylian Mbappé
Pas de retour au bureau avant 2022 pour les salariés de Google
Les salariés de Nike auront droit à une semaine de congé pour prendre soin de leur santé mentale

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles