La bourse ferme dans 1 h
  • CAC 40

    6 686,20
    -19,41 (-0,29 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,16
    -14,01 (-0,34 %)
     
  • Dow Jones

    35 542,96
    -66,38 (-0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,1643
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • Gold future

    1 780,00
    -4,90 (-0,27 %)
     
  • BTC-EUR

    54 679,86
    -2 379,02 (-4,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 522,36
    -12,28 (-0,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,33
    -1,09 (-1,31 %)
     
  • DAX

    15 486,23
    -36,69 (-0,24 %)
     
  • FTSE 100

    7 198,11
    -24,99 (-0,35 %)
     
  • Nasdaq

    15 180,98
    +59,30 (+0,39 %)
     
  • S&P 500

    4 538,34
    +2,15 (+0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    28 708,58
    -546,97 (-1,87 %)
     
  • HANG SENG

    26 017,53
    -118,49 (-0,45 %)
     
  • GBP/USD

    1,3815
    -0,0011 (-0,08 %)
     

A droite, Xavier Bertrand contre le duo Barnier-Wauquiez

·2 min de lecture

Le président de la région Hauts-de-France pourra-t-il convaincre qu’il "n’a jamais abandonné la famille" ? Ce n’est pas gagné si Michel Barnier joue sur cette corde, avec le renfort de Laurent Wauquiez.

C’est un autre combat qui commence maintenant à droite : contre… ! Car le revirement du président de la région Hauts-de-France qui a décidé in fine de participer au départage des Républicains – "pour ne pas diviser la droite" - entame un nouvel affrontement avec son ennemi le plus acharné, son homologue de la région Auvergne-Rhône-Alpes, lequel, on le sait désormais, se dissimule derrière … .

Car ce dernier, qu’on présente aujourd’hui comme le favori du ce fameux congrès au mois de décembre, et qui répète lui-même à tous vents "qu’il va gagner", celui-là, selon les proches de Bertrand, ne serait que "le faux nez, le masque de Wauquiez qui ne s’est pas présenté et qui soutient ce candidat parce qu’il est sûr de sa défaite face à Emmanuel Macron, ce qui lui permettrait ensuite de récupérer les débris de la droite". Sombre calcul…

Ce qui est sûr, c’est qu’entre "Laurent" et "Xavier", entre "l’énarque" et "le petit chose", ça n’a jamais vraiment "collé". Mais il y eut une rupture franche et nette, qui jamais ne fut effacée. Une rupture sur le fond et la forme. Alors que Wauquiez, tout nouveau chef de LR, avait décidé de ne pas choisir au second tour de l’élection présidentielle 2017 entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, Xavier Bertrand lui refusait . Il venait même annoncer sur France 2, le 10 décembre 2017, qu’il quittait "un parti à la dérive d’extrême droite", le soir même où Wauquiez sur TF1 devait recevoir un sacre médiatique … du coup éclipsé. Ce départ, qui soulignait une droitisation erratique, avait du poids, car Xavier Bertrand avait dirigé le parti dont il fut secrétaire général entre 2007 et 2010, d’autant plus de poids qu’il était suivi d’autres désaffections, telle celle de Valérie Pécresse qui, en juin 2017, abandonnait à son tour le radeau LR. Tous deux pourraient payer cet abandon dans le scrutin fermé auquel ils se présentent désormais.

Procès en trahison

Xavier Bertrand s’attend à ce qu’on lui fasse procès en trahison, d’autant qu’il a tardé à sou[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles