La bourse ferme dans 4 h 43 min
  • CAC 40

    5 767,13
    -16,28 (-0,28 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 344,05
    -4,55 (-0,14 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9654
    -0,0034 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 646,20
    -9,40 (-0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    19 815,79
    -94,32 (-0,47 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,81
    -6,72 (-1,51 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,28
    -0,46 (-0,58 %)
     
  • DAX

    12 256,50
    -27,69 (-0,23 %)
     
  • FTSE 100

    6 960,94
    -57,66 (-0,82 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0742
    -0,0115 (-1,05 %)
     

La droite dure soutiendra le prochain gouvernement à Stockholm. C'est la fin de l'exception suédoise

TT News Agency/AFP - Anders WIKLUND

La droite dure soutiendra le prochain gouvernement conservateur à Stockholm. Le parti des Démocrates de Suède (DS), la formation du charismatique Jimmie Akesson, est arrivé second aux législatives du 11 septembre. Le quadragénaire entend influencer la politique du Royaume. C'est la fin de l'exception suédoise. Désormais l'ensemble des Nordiques penchent très fort vers le populisme et la xénophobie.

Ça y est: le décompte est terminé. Depuis hier soir, mercredi 14 septembre, les Suédois savent qu’à l’issue d’un vote serré, et que le conservateur gouvernera avec les libéraux et le soutien de la droite dure, dirigée par le très charismatique Jimmie Akesson.

, svelte, sportif, souriant, la barbe impeccablement taillée, celui-ci est en effet le grand gagnant des législatives de dimanche. A 43 ans, il a réussi à hisser son parti, les Démocrates de Suède (DS), au second rang. Un séisme dans un pays qui jusque-là avait maintenu les extrêmes derrière un solide cordon sanitaire.

"La Suède d'abord"

Pourquoi un tel succès pour celui qui fait de la politique depuis plus de 20 ans et qui aujourd’hui pourrait prétendre à un poste de ministre? D’abord, parce que la campagne électorale, très violente, a tourné autour de thèmes anxiogènes sur lesquels il excelle, et dont il parle sans complexe: l’immigration et la sécurité. "Il a réussi à associer ces deux thèmes dans le débat public, observe Nicholas Aylott, professeur associé en sciences politiques à l’Université de Södertörn, et à entraîner une partie de la classe politique dans ce raccourci." Ensuite, parce qu’il a fait alliance avec la droite classique. "C’était une première ici, poursuit l’universitaire. Et évidemment ça l’a légitimé et désinhibé les électeurs tentés par des programmes plus musclés."

S’il a fait savoir qu’il ne participerait pas au prochain gouvernement, Jimmie Akesson a la ferme intention "d’exercer une influence" depuis le Parlement. "Il est temps de faire passer la Suède d’abord", martèle-t-il depuis des mois. Issu de la classe moyenne, élevé dans une petite ville rurale du Sud, il a adhéré dès l’adolescence, aux DS, un groupuscule à l’époque ouvertement néo-nazi, dont il a rapidement pris les rênes. Soucieux de le rendre fréquentable, il a abandonné toute référence au 3e Reich, se revendiquant d’un "nationalisme social conservateur".

Pourtant longtemps le changement n’a pas convaincu. Le Royaume re[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Suède: la droite en quête d'un gouvernement avec l'appui de l'extrême droiteElections en Suède : la Première ministre reconnaît la victoire des droites et démissionneVictoire sans précédent de la droite et de l'extrême-droite aux élections en SuèdeLa Suède vote avec les nationalistes mieux placés que jamaisJimmie Åkesson, un nationaliste bon teint