La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 656,83
    +429,80 (+1,22 %)
     
  • Nasdaq

    15 644,18
    +419,03 (+2,75 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • EUR/USD

    1,1268
    -0,0019 (-0,17 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • BTC-EUR

    44 714,82
    +718,95 (+1,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 298,36
    -22,92 (-1,73 %)
     
  • S&P 500

    4 676,75
    +85,08 (+1,85 %)
     

La droite continue de se chercher un roi (ou une reine)

·2 min de lecture

EDITO - Alors que la droite confronte ses chefs de file ce dimanche 14 novembre dans un nouveau débat télévisé, le puzzle politique reste très éclaté pour les candidats de tous bords à la présidentielle.

A droite, les candidats à l'investiture pour la présidentielle 2022 débattent de nouveau sur , ce soir du dimanche 14 novembre, pour tenter d'éclaircir leurs perspectives. Il suffit de détailler les nombreuses mesurant aujourd’hui les rapports de force qui régissent l’élection présidentielle 2022 pour constater que…

  • Macron est au zénith (ou presque)

Le chef de l’Etat sort en tête du premier tour avec cinq à sept points d’avance, qui que soit son rival. En "finale", il ne cesse de creuser les écarts alors que Xavier Bertrand, il y a quelques mois encore, semblait en mesure de le concurrencer et peut-être même de le battre. Le tableau Macron pourrait donc paraître idyllique; ce n’est pourtant pas tout à fait le cas.

Jamais, depuis François Mitterrand en 1988, président sortant n’a bénéficié d’une cote de popularité aussi élevée, loin devant les scores de Jacques Chirac, de Nicolas Sarkozy ou de François Hollande. Cette situation aussi inattendue qu’ultra-favorable devrait se traduire - dans les estimations de premier tour - par un pourcentage plus élevé. Or Macron est “scotché” dans une fourchette 23%-25%- ce n’est pas si mal, en effet. Mais la logique voudrait qu’il obtienne 25%-28%. Cet écart ne manque pas de troubler quelques macronistes du premier cercle car ils ne réussissent pas à le comprendre, à l’expliquer.

  • Les extrêmes droites s'observent

Dans deux sondages récents, Marine Le Pen semble avoir repris l’avantage sur Eric Zemmour- 18% contre 14%, écart plutôt substantiel. Les excès (de langage) du polémiste raciste, de plus en plus nombreux, commencent-ils à lasser une frange de son “public”? La moindre focalisation des médias sur le “cas” Zemmour implique-t-elle une décrue sondagière quasi automatique? Les attaques avant tout éthiques et morales portées par des responsables politiques d’influence - François Bayrou ou Édouard Philippe par exemple - trouvent-elles désormais un écho? L’alignement du candidat pétainiste sur les thèses économiques les plus[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles