La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,51
    +28,42 (+0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 034,25
    +34,81 (+0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 777,76
    +229,23 (+0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,2168
    +0,0100 (+0,83 %)
     
  • Gold future

    1 832,00
    +16,30 (+0,90 %)
     
  • BTC-EUR

    47 063,09
    +345,38 (+0,74 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 480,07
    +44,28 (+3,08 %)
     
  • Pétrole WTI

    64,82
    +0,11 (+0,17 %)
     
  • DAX

    15 399,65
    +202,91 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 129,71
    +53,54 (+0,76 %)
     
  • Nasdaq

    13 752,24
    +119,39 (+0,88 %)
     
  • S&P 500

    4 232,60
    +30,98 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 357,82
    +26,45 (+0,09 %)
     
  • HANG SENG

    28 610,65
    -26,81 (-0,09 %)
     
  • GBP/USD

    1,3990
    +0,0097 (+0,70 %)
     

Drogue, violences policières, affaire Sarah Halimi... Le résumé des déclarations de Macron

·1 min de lecture

Lancement d'un "débat national sur la consommation de drogue", modification de la loi concernant la responsabilité pénale en cas de prise de stupéfiants, changement de l'uniforme des policiers... Dans une interview accordée au Figaro, et publiée dimanche soir sur le site du quotidien, Emmanuel Macron a énuméré une série de réformes qu'il souhaite mettre en place. Le président de la République a également pris position sur des sujets sensibles, comme les violences policières ou la réconciliation des mémoires entre Français et Algériens. 

Appel à "un grand débat national sur la consommation de drogue"

Emmanuel Macron appelle dans Le Figaro à "lancer un grand débat national sur la consommation de drogue". "La France est devenue un pays de consommation et donc, il faut briser ce tabou, lancer un grand débat national sur la consommation de drogue et ses effets délétères", estime le chef de l'Etat. En plus des risques pour leur santé, Emmanuel Macron considère que "ceux qui prennent de la drogue (...) alimentent aussi le plus grand des trafics".

Dès lors, il veut "ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue" afin de "faire reculer la délinquance". "La drogue innerve certains réseaux séparatistes mais aussi la délinquance du quotidien, y compris dans les petites villes épargnées jusqu’ici. Ne laisser aucun répit aux trafiquants de drogue, c’est faire reculer la délinquance partout", souligne le président.

Il affirme que le gouvernement passe donc "à la vitesse supérieure" avec l...


Lire la suite sur Europe1