Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 010,83
    -12,91 (-0,16 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 955,01
    -11,67 (-0,23 %)
     
  • Dow Jones

    37 983,24
    -475,84 (-1,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,0646
    -0,0085 (-0,79 %)
     
  • Gold future

    2 360,20
    -12,50 (-0,53 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 729,88
    -3 347,69 (-5,07 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    85,45
    +0,43 (+0,51 %)
     
  • DAX

    17 930,32
    -24,16 (-0,13 %)
     
  • FTSE 100

    7 995,58
    +71,78 (+0,91 %)
     
  • Nasdaq

    16 175,09
    -267,10 (-1,62 %)
     
  • S&P 500

    5 123,41
    -75,65 (-1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    39 523,55
    +80,92 (+0,21 %)
     
  • HANG SENG

    16 721,69
    -373,34 (-2,18 %)
     
  • GBP/USD

    1,2451
    -0,0104 (-0,83 %)
     

«Dragon Ball» : comment Akira Toriyama a créé la poule aux œufs d’or des mangas

Toriyama_ILLUSTRATIONCAPITAL:JIJIPRESS_AFP

Le mangaka Akira Toriyama est mort à l’âge de 68 ans a annoncé ce vendredi 8 mars sa maison d’édition et son studio. L’auteur du manga Dragon Ball s’est éteint alors que sa série, au succès planétaire, s’apprêtait à fêter ses 40 ans cette année. Le premier chapitre du manga mettant en scène Son Goku et Son Gohan est sorti en décembre 1984. Depuis, Dragon Ball s’est vendu à au moins 260 millions d'exemplaires dans le monde, selon le site spécialisé mangazenkan.com.

Akira Toriyama avait déclaré n’avoir «aucune idée» de la raison de la popularité de son manga qualifiant Dragon Ball de «miracle» dans un entretien accordé au quotidien Asahi en 2012. «Lorsque j’ai dessiné la série, tout ce que je voulais, c’était plaire aux garçons du Japon», avait alors affirmé le mangaka. En 1984, lorsque paraît le premier «épisode» de Dragon Ball, Akira Toriyama est déjà un auteur «reconnu» au Japon, raconte Benoit Spacher à la tête d’un fonds privé de dessins et de peintures d'animation, THE ART OF ANIME.

Dr Slump, le premier manga du dessinateur, paraît entre 1980 et 1984 dans l'hebdomadaire Shonen Jump. La série met en scène une petite fille androïde imaginée par un savant. Dans les années 1980, au Japon, les mangas sont d’abord «prépubliés» : «chaque semaine, un nouveau chapître paraît dans un magazine dédié. Quand la série devient un succès elle devient ensuite un volume relié», précise l’expert. «C’est un mode de publication très populaire à l’époque au Japon» : chaque semaine, les lecteurs (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

«La zone euro est entrée dans une crise existentielle qui pourrait bien lui être fatale»
Vieillissement, natalité en berne… «face au déclin démographique, des solutions existent !»
Marco Mouly, « l’escroc à la taxe carbone », annonce qu’il part en cavale pour fuir la justice
Réchauffement climatique : découvrez quel tribut économique votre région paiera à la montée des eaux
Qu’est-ce que la «fièvre du perroquet», cette étrange maladie qui sévit en Europe ?