Marchés français ouverture 1 h 49 min
  • Dow Jones

    33 821,30
    -256,33 (-0,75 %)
     
  • Nasdaq

    13 786,27
    -128,50 (-0,92 %)
     
  • Nikkei 225

    28 546,30
    -554,08 (-1,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,2031
    -0,0010 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    28 661,58
    -474,15 (-1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    45 912,16
    -38,59 (-0,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 267,24
    +32,83 (+2,66 %)
     
  • S&P 500

    4 134,94
    -28,32 (-0,68 %)
     

"Dr Miami", le chirurgien esthétique qui partage ses opérations en direct sur Snapchat

France 2
·1 min de lecture

"Bonjour, bienvenue au bloc ! J'espère que vous passez un bon jeudi. On a un lifting mammaire avec implants, que je vais montrer aujourd'hui." Sur la côte Est des Etats-Unis, le "Dr Miami" partage toutes ses opérations avec sa communauté. Son auxiliaire médical s'est mué en assistant smartphone pour diffuser les vidéos en direct. Il répond même en temps réel à toutes les questions du public (parfois sans rapport avec l'opération).

Ici, la chirurgie esthétique est devenue un spectacle à regarder en direct sur Snapchat. Sur le réseau social préféré des jeunes, ils sont 2 millions à suivre le "Dr Miami".

Ses interventions filmées sont vues par 2 millions de fans

Le chirurgien, qui est aussi une star des plateaux télé, surfe sur le goût du public pour des séries comme Grey's Anatomy ou Urgences, sauf que lui montre tout, même les détails les plus crus. Ses vidéos extrêmes ont fait son succès : on vient de tout le pays pour se faire opérer, après avoir patienté jusqu'à deux ans sur liste d'attente !

Sur le billard ce jour-là pour le "lifting mammaire avec implants" retransmis "live" sur Snapchat, Cecilia, 23 ans. Elle a fait 2 000 kilomètres pour cette intervention à 10 000 dollars (8 500 euros environ) que le Dr Miami conseille de renouveler tous les cinq ans. "Toutes les stars d'Hollywood le font chaque année", lui assure-t-il. Le chirurgien plastique pratique aussi des opérations du pénis (les plus regardées sur Snapchat), mais cette "superjournée" se poursuivra par "des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi