La bourse ferme dans 4 h 12 min
  • CAC 40

    4 583,80
    -146,86 (-3,10 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 977,24
    -93,36 (-3,04 %)
     
  • Dow Jones

    27 463,19
    -222,19 (-0,80 %)
     
  • EUR/USD

    1,1730
    -0,0059 (-0,50 %)
     
  • Gold future

    1 888,40
    -23,50 (-1,23 %)
     
  • BTC-EUR

    11 378,60
    -257,89 (-2,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    263,54
    +2,25 (+0,86 %)
     
  • Pétrole WTI

    37,73
    -1,84 (-4,65 %)
     
  • DAX

    11 669,08
    -394,49 (-3,27 %)
     
  • FTSE 100

    5 627,70
    -101,29 (-1,77 %)
     
  • Nasdaq

    11 431,35
    +72,41 (+0,64 %)
     
  • S&P 500

    3 390,68
    -10,29 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    23 418,51
    -67,29 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    24 708,80
    -78,39 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2951
    -0,0091 (-0,69 %)
     

Ce drôle d'avion expérimental pourrait révolutionner le transport touristique

Louis Neveu, Journaliste
·2 min de lecture

Avec son aspect de dirigeable à l’allure élancée et un nom équivoque, le Celera 500L semble sorti d’un film d’anticipation ou de la bande dessinée Black et Mortimer. Et pourtant, il ne s’agit pas d’une vue artistique, mais d’un véritable prototype ayant déjà réalisé 31 vols d’essais. Conçu par Otto Aviation, le Celera 500L promet des performances et un rendement exceptionnels.

L’appareil est propulsé par un moteur V12 Diesel délivrant une puissance de 500 ch, ce qui est rare pour un avion de tourisme. On trouve ce moteur sur quelques appareils, dont le Yak-52 et un avion d’épandage. Avec lui, le monomoteur sera capable d’atteindre une vitesse maximale de croisière dépassant les 724 km/h. Son autonomie se situera autour de 8.330 kilomètres. Selon l’avionneur, l’économie de carburant serait huit fois plus conséquente que celle d’un avion d'affaires équivalent.

Le Celera 500L est conçu pour transporter jusqu'à six passagers. © Otto Aviation
Le Celera 500L est conçu pour transporter jusqu'à six passagers. © Otto Aviation

Optimiser l’écoulement laminaire

Pour réduire son empreinte carbone et augmenter son rendement, le Celera 500L a su optimiser l’écoulement des flux d’air autour de la carlingue, des ailes et de l’empennage. Optimiser le flux d’air sur le fuselage consiste à améliorer son écoulement laminaire. Dans le cas du Celera 500L, l'aérodynamisme permet de faire glisser le plus lentement possible l’air sur la surface et éviter que les différentes couches d’air se mélangent et viennent engendrer de la traînée. Cette forme étrange ovoïdale allongée, associée à des ailes longues, fines et étroites, permet de réduire la traînée jusqu’à 59 % et donc améliorer considérablement la portance. Au final, l'avion émet 80 % de moins de carbone qu’un avion d’affaires équivalent.

Le Celera 500L est capable de transporter six passagers dans une cabine haute de 1,85 mètre et devrait entrer en service en 2025, après une certification émanant des autorités américaines programmée pour 2023.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura