Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 503,27
    -204,75 (-2,66 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 839,14
    -96,36 (-1,95 %)
     
  • Dow Jones

    38 589,16
    -57,94 (-0,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,0709
    -0,0033 (-0,31 %)
     
  • Gold future

    2 348,40
    +30,40 (+1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 761,82
    +765,88 (+1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 404,42
    -13,46 (-0,95 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,49
    -0,13 (-0,17 %)
     
  • DAX

    18 002,02
    -263,66 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    8 146,86
    -16,81 (-0,21 %)
     
  • Nasdaq

    17 688,88
    +21,32 (+0,12 %)
     
  • S&P 500

    5 431,60
    -2,14 (-0,04 %)
     
  • Nikkei 225

    38 814,56
    +94,09 (+0,24 %)
     
  • HANG SENG

    17 941,78
    -170,85 (-0,94 %)
     
  • GBP/USD

    1,2686
    -0,0075 (-0,59 %)
     

Douleurs fantômes : de quoi s’agit-il et comment les soulager ?

Istock/Andrii Zastrozhnov

Ressenties par 33 à 70 % des patients juste après l’amputation d’un de leurs membres, les douleurs fantômes — ou algohallucinoses — se caractérisent par des sensations d’intenses douleurs au niveau du membre amputé. Longtemps considérées comme des douleurs d’origine psychologique, les douleurs fantômes sont aujourd’hui largement reconsidérées et font l’objet d’études pour déterminer les mécanismes neurologiques qui les sous-tendent.

Les douleurs dites du membre fantôme ont longtemps intrigué les professionnels de santé. Leur caractère pathologique a d’ailleurs été longtemps relégué au second plan derrière une étiologie davantage portée sur l’état psychique du patient qui vient de perdre l’un de ses membres. Or, il est aujourd’hui avéré que ces douleurs ont bel et bien une origine neuropathique. Elles existent vraiment et sont généralement associées à une autre sensation fantôme : celle que le membre retiré est toujours présent (hallucinose). Ces deux types de sensations résulteraient de la capacité du cerveau humain à réorganiser sa carte somato-sensorielle à la suite d’une amputation (selon le Dépôt universitaire de mémoires après soutenance (Dumas)). Pendant les semaines et les mois suivant l’amputation, la représentation mentale du membre amputé va perdurer jusqu’à ce que le cerveau parvienne à éliminer son existence de son schéma corporel. On parle dans ce cadre de plasticité cérébrale pour qualifier cette forme de réadaptation.

Neuropathiques, les douleurs du membre fantôme (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite