Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    41 188,61
    +234,13 (+0,57 %)
     
  • Nasdaq

    18 023,42
    -485,92 (-2,63 %)
     
  • Nikkei 225

    41 097,69
    -177,39 (-0,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0933
    +0,0030 (+0,27 %)
     
  • HANG SENG

    17 739,41
    +11,43 (+0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 809,95
    -217,21 (-0,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 326,71
    -15,62 (-1,16 %)
     
  • S&P 500

    5 596,34
    -70,86 (-1,25 %)
     

Je dors la bouche ouverte : quelles sont les causes et quand s’inquiéter ?

Istock/monkeybusinessimages

Dormir la bouche ouverte est une très mauvaise habitude que de nombreux adultes et enfants vivent. Celle-ci s’accompagne très souvent d’une respiration buccale, et peut générer divers problèmes de santé. Les personnes qui dorment la bouche ouverte produisent moins de salive, ont plus de caries et sont plus sensibles aux attaques bactériennes. Pour les jeunes dormeurs, il existe aussi un risque important de malformations au niveau de la mâchoire et des cavités respiratoires. De nombreux facteurs peuvent être à l’origine de cette respiration buccale nocturne, et il est bon de les identifier pour rectifier le tir.

De nombreuses personnes dorment la bouche ouverte avec une respiration buccale durant la nuit, surtout pendant le stade de sommeil profond. Cette façon de dormir et de respirer peut être temporaire, liée à une cause ponctuelle, ou devenir une réelle habitude. Pourtant, dormir la bouche ouverte n’est pas sans conséquence pour la santé générale. Il s’agit d’une pratique vivement déconseillée, qui peut générer divers risques pour l’organisme. Les personnes qui dorment la bouche ouverte produisent moins de salive et sont plus touchées par la sécheresse buccale (xérostomie).

La respiration buccale génère une acidité dans la bouche, avec un pH avoisinant 6,6, contre 7,7 en cas de respiration nasale. L’émail dentaire ne bénéficie alors plus d’une protection optimale et s’érode progressivement. Résultat : des caries dentaires peuvent se développer. Autre conséquence néfaste de (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite