La bourse ferme dans 5 h 36 min
  • CAC 40

    6 554,73
    -23,87 (-0,36 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 081,98
    -20,61 (-0,50 %)
     
  • Dow Jones

    35 144,31
    +82,76 (+0,24 %)
     
  • EUR/USD

    1,1784
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 796,70
    -2,50 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    31 809,60
    -818,66 (-2,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    890,13
    -25,36 (-2,77 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    +0,05 (+0,07 %)
     
  • DAX

    15 531,67
    -87,31 (-0,56 %)
     
  • FTSE 100

    6 985,88
    -39,55 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 840,71
    +3,72 (+0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 422,30
    +10,51 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    27 970,22
    +136,93 (+0,49 %)
     
  • HANG SENG

    25 086,43
    -1 105,89 (-4,22 %)
     
  • GBP/USD

    1,3785
    -0,0039 (-0,28 %)
     

Les dons de sang au plus bas depuis le déconfinement

·2 min de lecture

C'est un signal d'alarme lancé par l'Etablissement Français du Sang: il n'y a plus que deux semaines de stock de réserve. La pénurie est aussi une conséquence de la crise du Covid-19: depuis le déconfinement, les appels aux dons de sang ne trouvent pas d'écho dans la population.

Don de sang et déconfinement ne font pas bon ménage. Depuis début juin 2021, l'Etablissement Français du Sang (EFS), tire la sonnette d'alarme: les réserves en culots globulaires, autrement dit en concentré de globules rouges, la partie du sang la plus utilisée, sont aux plus bas avec seulement 85.000 poches. Il en faudrait 110.000 pour pallier la baisse estivale des dons. "Tous les ans, la fin de mois de mai est délicate, mais là, les stocks ont atteint un niveau critique que l'on n'a touché qu'une ou deux fois depuis dix ans, prévient Hervé Meinrad directeur de la collecte de l'EFS. Et d'ordinaire, nos campagnes de communication permettent de remobiliser rapidement les donneurs. Mais depuis ce déconfinement, la baisse de fréquentation de nos points de collecte est très importante, et nos appels ne semblent pas avoir d'effet."

Non, ce ne sont pas les services d'urgences qui consomment le plus de dons de sang

Entre et , des loisirs et des magasins, les donneurs semblent avoir la tête ailleurs. La crise sanitaire a créé une situation inédite: pendant les périodes de télétravail, les donneurs habituels, plus disponibles, se sont déplacés en masse dans les points de collectes fixes. En revanche, tout un pan de la collecte mobile, menée auprès des entreprises et des universités a été perdu. Or, c'est surtout là que sont recrutés les nouveaux donneurs par effet d'entraînement entre collègues, ou étudiants. Comparés aux autres années, ce sont 40.000 personnes qui n'ont pas pu être enrôlés au printemps, et qui ne viendront pas compenser celles qui cessent de donner. "En parallèle, les hôpitaux réclament davantage de sang depuis le déconfinement, poursuit Hervé Meinrad. Avec la décrue de l'épidémie, des lits qui étaient occupés par des patients Covid, pour lesquels les besoins en sang sont faibles, sont réattribués à d'autres types de malades et d'interventions."

Contrairement à une idée reçue ce ne sont pas les services d'urgences qui consomment le plus de culots globulai[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles