Marchés français ouverture 5 h 20 min
  • Dow Jones

    34 393,75
    -85,85 (-0,25 %)
     
  • Nasdaq

    14 174,14
    +104,72 (+0,74 %)
     
  • Nikkei 225

    29 436,23
    +274,43 (+0,94 %)
     
  • EUR/USD

    1,2120
    -0,0003 (-0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 946,44
    +104,31 (+0,36 %)
     
  • BTC-EUR

    33 228,68
    +203,57 (+0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 007,54
    +38,70 (+3,99 %)
     
  • S&P 500

    4 255,15
    +7,71 (+0,18 %)
     

Données personnelles, pubs : que change la mise à jour controversée de Whatsapp ?

·1 min de lecture

Après avoir été repoussée de trois mois, la mise à jour controversée de Whatsapp entre en vigueur progressivement à partir de samedi. L’application de messagerie est sous le feu des critiques depuis plusieurs mois car sa maison-mère, Facebook, aimerait en faire un outil plus commercial. Estimant que la mise à jour a été mal comprise, le réseau social en a décalé la mise en service pour faire de la pédagogie auprès de ses utilisateurs. Cette fois, il faudra choisir entre accepter les nouvelles conditions d'utilisation ou les refuser. Sachant que Facebook a tout fait pour que la seconde option n'en soit pas vraiment une.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Facebook veut rentabiliser Whatsapp

Avant d'aborder ce qui change, un point sur ce qui ne bougera pas une fois la mise à jour installée. Déjà, Whatsapp restera une application de messagerie chiffrée. "Ni WhatsApp ni Facebook ne peuvent voir le contenu que vous partagez avec votre famille et vos amis, ce qui inclut vos messages et appels personnels, le contenu partagé en pièce jointe ou les localisations que vous envoyez. Nous ne conservons pas d'historique des destinataires des messages ou des appels. De plus, WhatsApp ne partage pas vos contacts avec Facebook", précise le réseau social sur son site.

En revanche, la mise à jour va ajouter des fonctionnalités commerciales pour lier Whatsapp aux autres services de Facebook, ce qui implique un partage plus vaste des données personnelles. Par exempl...


Lire la suite sur Europe1