Marchés français ouverture 2 h 9 min
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    28 660,23
    +418,02 (+1,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,2096
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    29 609,44
    +746,67 (+2,59 %)
     
  • BTC-EUR

    30 001,34
    -171,65 (-0,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    713,52
    -21,63 (-2,94 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     

Donald Trump suspendu par Twitter : les réseaux sociaux ont-ils trop de pouvoir ?

·1 min de lecture

Plus de photos, plus de tweets et juste deux mots : "compte suspendu". Voilà à quoi ressemble la page Twitter de Donald Trump depuis vendredi et la décision du réseau social de suspendre indéfiniment le compte personnel du président des États-Unis. Une sanction inédite qui provoque des remous, aussi bien aux États-Unis qu’en France, sur le rôle des réseaux sociaux, leur légitimité à "censurer" ainsi un responsable politique et le pouvoir, peut-être trop important et trop obscur, qui repose entre leurs mains. Et si certains points de la décision reposent sur des faits, d'autres posent question.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Pourquoi Twitter a-t-il suspendu le compte de Donald Trump ?

Selon Twitter, Donald Trump n’a pas respecté les conditions générales d’utilisation (CGU) du site notamment la partie concernant la "glorification de la violence". Ce règlement, public et accessible à tous sur le site, régit les usages de la plateforme par ses membres. C'est lui qui dicte ce qu'il est possible, ou non, de publier et énonce des interdits : photos à caractère pédopornographique, apologie du terrorisme, appel à la haine, etc. Dans le cas de Trump, il y a deux séries de tweets qui posent problème, avant et après l’invasion du Capitole par ses supporters.

Dans un premier temps, Twitter a supprimé trois tweets jugés non-contraires aux CGU, notamment car ils ne condamnaient pas les violences en cours à Washington. Cela a valu au compte @realdonaldtrump une s...


Lire la suite sur Europe1