La bourse ferme dans 3 h 32 min
  • CAC 40

    7 215,28
    +95,45 (+1,34 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 267,95
    +58,80 (+1,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 949,01
    -207,68 (-0,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,0775
    +0,0057 (+0,53 %)
     
  • Gold future

    1 893,20
    +2,50 (+0,13 %)
     
  • BTC-EUR

    21 126,12
    -520,45 (-2,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,19
    -12,71 (-2,37 %)
     
  • Pétrole WTI

    78,18
    -0,29 (-0,37 %)
     
  • DAX

    15 622,05
    +210,00 (+1,36 %)
     
  • FTSE 100

    7 947,74
    +62,57 (+0,79 %)
     
  • Nasdaq

    11 910,52
    -203,27 (-1,68 %)
     
  • S&P 500

    4 117,86
    -46,14 (-1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,35
    -22,11 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    21 624,36
    +340,84 (+1,60 %)
     
  • GBP/USD

    1,2161
    +0,0091 (+0,75 %)
     

Donald Trump revient sur Facebook

Deux ans après avoir suspendu Donald Trump de ses plateformes, le groupe Meta annonce avoir pris la décision de ne pas étendre ses sanctions. Même s’il s’attend à ne pas convaincre tout le monde, Meta indique mettre en place un règlement pour ne plus avoir à prendre de décision arbitraire.

Après Twitter (sur une décision d’Elon Musk), Facebook et Instagram restaurent à leur tour le compte de Donald Trump. L’ancien président américain, suspendu en janvier 2021 après les assauts du Capitole, avait subitement été exclu de Facebook et d’Instagram à cause de messages suspectés d’inciter à la révolte. Une décision logiquement polémique, de par son caractère inédit, qui avait conduit le « conseil suprême » de Meta à s’interroger sur les pouvoirs de l’entreprise. L’organisme avait dit comprendre la décision, tout en la contestant. Meta avait alors encadré cette suspension dans le temps, afin que le bannissement de l’ancien président américain soit remis en question deux ans après son entrée en vigueur.

Le 25 janvier 2023, Meta annonce sur sa page dédiée à la presse ne pas prolonger le bannissement de Donald Trump, qui était dû à « des circonstances extrêmes et très inhabituelles ». L’entreprise de Mark Zuckerberg en profite pour se fixer de nouvelles règles, afin d’encadrer le bannissement de personnalités politiques avec des règles très strictes. « La question n’est pas de savoir si nous devons rétablir les comptes de M.

[Lire la suite]