La bourse ferme dans 6 h
  • CAC 40

    6 740,00
    +1,45 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 978,82
    +14,10 (+0,36 %)
     
  • Dow Jones

    34 589,77
    +737,24 (+2,18 %)
     
  • EUR/USD

    1,0448
    +0,0040 (+0,39 %)
     
  • Gold future

    1 776,10
    +30,10 (+1,72 %)
     
  • BTC-EUR

    16 372,23
    +85,95 (+0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    405,12
    +4,42 (+1,10 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,02
    +0,47 (+0,58 %)
     
  • DAX

    14 449,53
    +52,49 (+0,36 %)
     
  • FTSE 100

    7 581,60
    +8,55 (+0,11 %)
     
  • Nasdaq

    11 468,00
    +484,22 (+4,41 %)
     
  • S&P 500

    4 080,11
    +122,48 (+3,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 226,08
    +257,09 (+0,92 %)
     
  • HANG SENG

    18 736,44
    +139,21 (+0,75 %)
     
  • GBP/USD

    1,2144
    +0,0083 (+0,68 %)
     

Donald Trump officialise sa candidature à la présidentielle 2024

Wikimedia

Donald Trump s'est lancé mardi 15 novembre dans la course pour la Maison Blanche, engageant une campagne vers 2024 qui promet d'être sans merci dans son camp républicain, meurtri et divisé par la déception des récentes élections. "J'annonce ma candidature à l'élection présidentielle", a déclaré l'ancien président de 76 ans, sous un tonnerre d'applaudissements des militants réunis dans la grande salle de réception de sa luxueuse résidence de Mar-a-Lago, en Floride. Promettant une Amérique "de retour", Donald Trump a dressé un tableau idyllique de son premier mandat, évoquant un pays en paix, prospère et respecté sur la scène internationale.

A l'inverse, l'ancien chef de l'Etat, arborant sa traditionnelle cravate rouge, n'a pas eu de mots assez durs pour dénoncer le bilan de son successeur, le démocrate Joe Biden. Un pays plongé dans la violence et la criminalité, où la flambée des prix étrangle les ménages américains, où des "millions" de clandestins traversent la frontière avec le Mexique, s'est-il indigné devant une rangée de drapeaux américains. "Joe Biden incarne les échecs de la gauche et de la corruption de Washington", a accusé l'ex-homme d'affaires dans son discours au ton pugnace, d'une durée d'un peu plus d'une heure.

Le président démocrate "nous conduit au bord de la guerre nucléaire", a-t-il aussi affirmé, en référence au soutien américain à l'Ukraine. "En deux ans, l'administration Biden a détruit l'économie américaine", a aussi lancé le milliardaire républicain. "Avec (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

JO 2024 : la Ville de Paris refuse de laisser tous les commerces ouvrir le dimanche
Métavers : “La France doit l'expérimenter avant de prétendre le réguler”
Un élève handicapé incapable d'aller à la cantine, car son accompagnant n'est plus rémunéré le midi
Comment mesurer l'impact carbone de l'IA ? Cette start-up pense avoir trouvé la solution
La présence de rats dans une école maternelle pousse les parents à retirer leurs enfants