La bourse ferme dans 7 h 19 min
  • CAC 40

    7 085,16
    +2,74 (+0,04 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 173,29
    +9,84 (+0,24 %)
     
  • Dow Jones

    34 086,04
    +368,95 (+1,09 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    +0,0020 (+0,19 %)
     
  • Gold future

    1 940,80
    -4,50 (-0,23 %)
     
  • BTC-EUR

    21 113,76
    -113,05 (-0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,33
    +5,54 (+1,07 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,45
    +0,58 (+0,74 %)
     
  • DAX

    15 139,90
    +11,63 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    7 787,43
    +15,73 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    11 584,55
    +190,74 (+1,67 %)
     
  • S&P 500

    4 076,60
    +58,83 (+1,46 %)
     
  • Nikkei 225

    27 346,88
    +19,77 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 072,18
    +229,85 (+1,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,2320
    +0,0003 (+0,03 %)
     

« Dom Juan » de Molière : Et si le célèbre séducteur n’était, en fait, qu’un prédateur ?

Arnaud Bertereau

Théâtre - Le directeur du Théâtre du Nord, David Bobée, modernise « Dom Juan », un personnage devenu « problématique » car symbole d’une « masculinité violente » révolue

Un cimetière de statues. Parmi elles, sur scène, se joue le destin de Dom Juan, écrit par Molière, au XVIIe siècle. Un texte du répertoire, comme on dit, adapté par David Bobée, dont c’est la première création en tant que directeur du Théâtre du Nord, à Lille. Dom Juan, c’est cet aristocrate qui ne respecte rien, ni les conventions, ni ses proches et s’offre du bon temps. Enfin, pour lui. Quoique. Jusqu’à ce que la foudre divine l’envoie aux enfers.

Dom Juan, c’est une carrière historique de séducteur à la française qui s’effondre totalement dans cette relecture critique. Comme une statue qu’on déboulonne. Vous voyez l’image. Car c’est bien cette actualité qui a inspiré David Bobée pour monter (ou plutôt démonter) son Dom Juan, présenté au théâtre du Nord, avant de partir en tournée nationale (voir encadré).

Violence, racisme, sexisme

« Refuser de célébrer les figures problématiques de l’Histoire est dans l’air du temps, y compris dans le monde de la culture, où des actrices et acteurs assurent ne plus vouloir jouer des rôles classiques teintés de racisme ou qui dégradent les femmes », explique David Bobée.

Ce spectacle, c’est donc Molière qu’on assassine ? Pas du tout. Pour le metteur en scène, « ce filtre politique (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Nord : Des militants écologistes « dégonfleurs » s’en prennent à 65 SUV
Nord : L’octogénaire qui a écrasé une femme mise en examen pour meurtre
Les personnes âgées bénéficient-elles d’un traitement de faveur devant la justice ?