La bourse ferme dans 8 h
  • CAC 40

    7 163,72
    +31,37 (+0,44 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 226,12
    +16,81 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    34 156,69
    +265,67 (+0,78 %)
     
  • EUR/USD

    1,0752
    +0,0021 (+0,19 %)
     
  • Gold future

    1 895,50
    +10,70 (+0,57 %)
     
  • BTC-EUR

    21 589,12
    +130,53 (+0,61 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,43
    +9,47 (+1,80 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,57
    +0,43 (+0,56 %)
     
  • DAX

    15 414,60
    +93,72 (+0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 908,56
    +43,85 (+0,56 %)
     
  • Nasdaq

    12 113,79
    +226,34 (+1,90 %)
     
  • S&P 500

    4 164,00
    +52,92 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 606,46
    -79,01 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    21 283,52
    -15,18 (-0,07 %)
     
  • GBP/USD

    1,2096
    +0,0044 (+0,36 %)
     

Le dollar va-t-il rebondir après le rapport sur l’emploi aux Etats-Unis ?

Pixabay

Coup de tonnerre vendredi dernier avec un rapport sur l’emploi américain bien meilleur que prévu… et qui oblige les marchés à se poser quelques questions sur la solidité du marché du travail américain et son impact potentiel sur la trajectoire de l’inflation. Rien ne fait les affaires de la Réserve Fédérale américaine (Fed) dans ce rapport : les créations d’emplois ont été supérieures aux attentes en novembre, le taux de chômage est resté inchangé, on a même assisté à une légère baisse du taux de participation…

Mais c’est surtout la partie sur les salaires qui interpelle : le salaire horaire moyen a progressé de 5,1% entre novembre 2021 et novembre 2022 alors que le consensus tablait sur une progression de “seulement” 4,6%. Et pour couronner le tout, le chiffre du mois précédent a également été révisé en hausse à 4,9% contre 4,7% initialement. Même s’il s’est repris ensuite, la forte baisse initiale du marché à la publication des chiffres traduit l’ampleur de la surprise et pose évidemment des questions sur la fameuse “boucle prix / salaires” dans laquelle la dynamique des salaires entretient l’inflation.

Ces chiffres tranchent également avec le discours assez souple du président de la Fed quelques jours auparavant, discours qui avait agréablement surpris les marchés. Le taux 2 ans américain, qui évoluait à 4,18% juste avant le rapport, a bondi à plus de 4,40% dans les minutes qui ont suivi la publication des chiffres, effaçant près de la moitié de la baisse liée au discours moins (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Les finances de Go Sport dans le viseur de la justice, la direction convoquée
La guitare de Marie-Antoinette va être mise aux enchères
Energie : le projet de gazoduc Barcelone-Marseille mis sur les rails
CAC 40 : la Bourse hésite malgré un assouplissement sur le Covid-19 en Chine et les espoirs sur la BCE
Avant Noël, Kinder tente une opération séduction pour faire oublier le scandale de la Salmonelle