Publicité
Marchés français ouverture 7 h 56 min
  • Dow Jones

    41 198,08
    +243,60 (+0,59 %)
     
  • Nasdaq

    17 996,92
    -512,42 (-2,77 %)
     
  • Nikkei 225

    41 097,69
    -93,01 (-0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0942
    +0,0039 (+0,36 %)
     
  • HANG SENG

    17 739,41
    +11,43 (+0,06 %)
     
  • Bitcoin EUR

    58 734,30
    -413,80 (-0,70 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 332,52
    -9,80 (-0,73 %)
     
  • S&P 500

    5 588,27
    -78,93 (-1,39 %)
     

Dollar : «De nombreuses banques s’attendent à un plongeon, mais il n’a pas dit son dernier mot»

Pixabay

Depuis plusieurs mois, le consensus d’une bonne partie des analystes financiers le répète : nous allons assister à une chute du dollar américain. Selon nous, cela ne se produira pas de sitôt. Selon une première idée reçue, l’économie européenne va dépasser celle des États-Unis. Or, ce n’est pas ce que l’on constate. La croissance en zone euro devrait atteindre 0,5% cette année dans le meilleur des cas. Les risques baissiers sont importants (en particulier à cause de la récession allemande et de la croissance atone en France). A l’inverse, les États-Unis affichent une résilience économique impressionnante.

Nous tablons sur une croissance proche de 1,5%. Même si l’économie américaine venait à connaître une croissance zéro au cours des quatre trimestres de l’année 2024 (ce qui est hautement improbable), l’acquis de croissance est déjà de 1,2% ! C’est énorme. Cela signifie que l’économie américaine va surperformer celle de la zone euro, ce qui va contribuer à renforcer les flux entrants aux États-Unis. Cela constitue un facteur structurel de soutien au dollar américain.

C’est le serpent de mer monétaire depuis les années 1970 et le premier choc pétrolier. Deux chiffres : 85% des transactions pétrolières sont effectuées en dollars ainsi que 88% des transactions internationales. Le dollar a des défauts. Mais il n’y a pas d’alternative (surtout pas le yuan chinois). C’est la monnaie la plus liquide qui existe. Tout le système financier est ancré sur le dollar et le système historique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Bill Gates a-t-il vendu toutes ses actions en prévision d’un krach boursier ?
Le géant du chocolat Barry Callebaut pourrait supprimer jusqu'à 2 500 postes
Saint-Gobain s'ouvre un nouveau continent avec cette acquisition, la plus importante en 20 ans
Ryanair : à cause des retards de livraison de Boeing, les prix devraient augmenter
Sanofi arrivera-t-il à retrouver la santé ?