La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 703,22
    -80,67 (-1,39 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 636,44
    -48,84 (-1,33 %)
     
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,64 (-1,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,2088
    -0,0099 (-0,81 %)
     
  • Gold future

    1 733,00
    -42,40 (-2,39 %)
     
  • BTC-EUR

    37 018,36
    -2 667,80 (-6,72 %)
     
  • CMC Crypto 200

    912,88
    -20,25 (-2,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,66
    -1,87 (-2,94 %)
     
  • DAX

    13 786,29
    -93,04 (-0,67 %)
     
  • FTSE 100

    6 483,43
    -168,53 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,92 (+0,56 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     
  • Nikkei 225

    28 966,01
    -1 202,26 (-3,99 %)
     
  • HANG SENG

    28 980,21
    -1 093,96 (-3,64 %)
     
  • GBP/USD

    1,3922
    -0,0091 (-0,65 %)
     

DOCUMENT FRANCEINFO. "On a fait notre job, on a sauvé des vies" : le témoignage d'un soldat français blessé dans une attaque terroriste au Mali

franceinfo
·1 min de lecture

C'était il y a une semaine, vendredi 8 janvier, dans le centre du Mali : un véhicule suicide explosait au contact d'un convoi protégé par les soldats français de l'opération Barkhane. L'attentat avait fait six blessés. Il aurait pu faire de nombreux morts, si un VBCI, un blindé lourd français, ne s'était pas interposé entre le convoi et le kamikaze. Les six blessés formaient l'équipage du blindé. Ils ont été rapatriés en France. franceinfo a recueilli le témoignage rare de l'un d'entre-eux, le caporal-chef Jordan, âgé de 25 ans.

franceinfo : Dans quelles circonstances a eu lieu cet attentat au Mali ?

Caporal-chef Jordan : Nous on était sur le côté droit pour protéger les flancs, on a fait un ou deux kilomètres à peine. C'est là qu'on a vu le véhicule sur notre droite. Il approchait sur une petite piste qui traversait notre itinéraire. On a fait les sommations à la voix comme on devait le faire. Il y a le sergent Jérémie, le chef, qui a dit au pilote de s'avancer et de se mettre en travers de la route sur la piste et nous étions en "gunner" [mitrailleur] derrière. On lui a dit de se décaler en lui faisant des grands gestes. Après la seule chose qu'on voyait chargée derrière lui c'étaient des sacs remplis d'herbe sèche. Pour nous, la moto était clean, ce n'était pas du tout suspect. On lui a demandé de s'éloigner et de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi