La bourse ferme dans 7 h 21 min
  • CAC 40

    4 569,66
    -1,46 (-0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    2 958,58
    -4,96 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    26 519,95
    -943,24 (-3,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,1738
    -0,0011 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    1 878,40
    -0,80 (-0,04 %)
     
  • BTC-EUR

    11 199,09
    -4,75 (-0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    259,86
    -12,83 (-4,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    36,65
    -0,74 (-1,98 %)
     
  • DAX

    11 591,02
    +30,51 (+0,26 %)
     
  • FTSE 100

    5 586,49
    +3,69 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    11 004,87
    -426,48 (-3,73 %)
     
  • S&P 500

    3 271,03
    -119,65 (-3,53 %)
     
  • Nikkei 225

    23 331,94
    -86,57 (-0,37 %)
     
  • HANG SENG

    24 586,60
    -122,20 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,3005
    +0,0018 (+0,14 %)
     

D'où vient l'expression "Marie-couche-toi-là" ?

·1 min de lecture

Pourquoi parler d’une "Marie-couche-toi-là" ? Le calendrier chrétien rend un large hommage à la Vierge Marie : le 1er janvier on fête Marie la mère de dieu, le 25 mars l'Annonciation, le 8 décembre l’Immaculée conception. Elle occupe une place centrale dans la foi catholique. Alors pourquoi l'associer ainsi à une femme jugée frivole ? Stéphane Bern, qui présente chaque jour Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, rappelle mardi l'origine de cette expression.

L’expression apparaît au 17ème siècle et en 1876, dans L'Assommoir, Emile zola fait s’exclamer à l’un de ses personnages : "Les fleuristes ? Toutes des Marie-couche-toi-là (...) Vous savez, je ne suis pas une chienne, je ne mets pas les pattes en l’air quand on me siffle". Le décor est planté, l’expression est sans pitié pour les femmes à la jambe légère. Elle désigne même les loueuses de charmes, les prostituées. Hier comme aujourd’hui, la liberté des mœurs a mauvaise presse.

>>Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

"Marie j'ordonne" et "Marie-bon-bec"

Mais alors pourquoi Marie ? D’abord, c’est un prénom extrêmement commun en France. C’est même le prénom le plus donné au 20ème siècle, à tel point qu’une Marie était le synonyme d’une femme. On disait d’ailleurs en parlant d’une dame autoritaire une "Marie j’ordonne" et pour une femme bavarde une "Marie-bon-bec". On peut penser que Marie Madeleine "la prostituée", repentie appréciée du Christ, a pu également inspirer l...


Lire la suite sur Europe1