La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 965,88
    -57,92 (-0,82 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 136,91
    -48,06 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    34 725,47
    +564,69 (+1,65 %)
     
  • EUR/USD

    1,1152
    +0,0005 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 792,30
    -2,70 (-0,15 %)
     
  • BTC-EUR

    34 170,02
    +791,64 (+2,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    863,83
    +21,37 (+2,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,29
    +0,68 (+0,79 %)
     
  • DAX

    15 318,95
    -205,32 (-1,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 466,07
    -88,24 (-1,17 %)
     
  • Nasdaq

    13 770,57
    +417,79 (+3,13 %)
     
  • S&P 500

    4 431,85
    +105,34 (+2,43 %)
     
  • Nikkei 225

    26 717,34
    +547,04 (+2,09 %)
     
  • HANG SENG

    23 550,08
    -256,92 (-1,08 %)
     
  • GBP/USD

    1,3401
    +0,0019 (+0,14 %)
     

Djokovic fait plier le gouvernement australien mais risque toujours l’expulsion

·2 min de lecture

Le numéro un mondial du tennis a remporté lundi une victoire dans son duel contre les autorités australiennes. Un juge a ordonné sa libération du centre de rétention dans lequel il avait été placé il y a cinq jours. Djokovic n’est cependant pas sûr de pouvoir disputer l’Open d’Australie.

Incroyable rebondissement dans l’affaire Djokovic. Ce lundi 10 janvier à Melbourne, la justice australienne du centre de rétention dans lequel il est retenu depuis cinq jours. Ses avocats ont convaincu le tribunal fédéral que le champion serbe avait bien contracté le Covid en décembre ce qui le dispense d'une vaccination obligatoire pour entrer sur le territoire. Le juge Anthony Kelly a estimé que Djokovic a fourni des preuves, émanant "d'un professeur et d'un médecin éminemment qualifié" concernant sa demande de dispense médicale. "Qu'est-ce que cet homme aurait pu faire de plus?", interroge-t-il. Pour le Serbe, la victoire est incontestable. Mais pas complète. Il n’est pas sûr qu’il puisse disputer l’Open d’Australie qui débute lundi 17 janvier. Un avocat du gouvernement australien a dit que Canberra pouvait encore ordonner son expulsion.

"You must be Djoking"

Pour l’Australie, ce revirement en mondovision constitue en tout cas une défaite humiliante. Le feuilleton avait commencé fin novembre. Interrogé sur sa participation au tournoi australien Djokovic bottait en touche. Le joueur n’est pas vacciné contre le Covid. Or pour venir aux antipodes, la vaccination est obligatoire... sauf si la personne bénéficie d’une dérogation. C’est le cas pour Djoko. Mardi dernier, il annonce sur son compte Instagram qu’il a obtenu . Il diffuse alors une photo de lui-même tout sourire avec ses bagages sur le tarmac de l’aéroport de Dubaï, prêt à prendre son jet pour l’Australie. Sur l’île-continent, c’est le tollé. De Sydney à Perth, l’exemption accordée à Djokovic passe mal. Les journaux nationaux The Age et The Australian rivalisent de jeux de mots sur "Novax" Djokovic. "You must be Djoking", s’indigne le Courrier-Mail. Les autorités politiques ne sont pas en reste. Si les preuves pour soutenir cette dérogation sont "insuffisantes"», indique le Premier ministre Scott Morrison, alors Djokovic "ne sera pas traité différemment de qui que ce soit d'autre, et il retournera chez lui[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles